Le programme du festival 2022 est en ligne !

20 ans : Femmes en résistance à la peur 

Photo © Pauline Makoveitchoux, série « Women are not afraid »

« Women are not afraid » (les femmes n’ont pas peur). Depuis 20 ans, le festival explore les résistances des femmes du monde entier face aux multiples façons dont elles sont opprimées, maintenues dans le silence, l’isolement et la peur.

C’est avec fierté que pour cet anniversaire, nous avons décidé de réunir toutes ces résistances et d’affirmer très fort que contre toutes les menaces, violences, intimidations, nous continuerons toujours à résister à la peur. 

VENDREDI 23 SEPTEMBRE 2022

20h30  Femmes en résistance à l’obscurantisme

Séance en partenariat Mouvement du Nid/CIDFF/CAP international

  • Gagner des centimètres, de Marianne Barthélémy, 27′, France, 2021 Et si le sport était un levier d’émancipation, et permettait de reprendre confiance en soi et de s’entraider ? 
  • EXIT de Alison Wilson, 66′, Espagne, 2022 Alika, Vanessa, et Hope, fuyant la pauvreté, se retrouvent sous l’emprise de réseaux de traite des êtres humains à des fins de prostitution en Espagne. Survivre et retrouver sa dignité… quel combat ! 

SAMEDI 24 SEPTEMBRE 2022

13h00 Femmes en résistance à la résignation

  • Nocifications 5’47 de Université Lyon 1, Villeurbanne, prix Femmes en résistance au concours Buzzons contre le sexisme
  • A mon père, de PARK Seain, 8’, France-Corée, 2022 La réalisatrice dévoile la réalité de la violence derrière les images de son enfance
  • Les mères veilleuses, de Vanessa Gauthier 61’, France, 2021 deux femmes affrontent la maladie de leur enfant et transforment leur vie, grâce à l’expression artistique et la sororité. 

15h30 Femmes en résistance à la guerre

  • Alba Meloni, vivre avec Stella, de Nadia Pizzuti, 48’, Italie, 2021 Rome, un appartement, un lieu de cohabitation à travers le temps entre une résistante communiste de la seconde guerre mondiale et la réalisatrice.  
  • Indesirabili, de Chiara Cremaschi, 56’, Italie, 2009 En 1940, au camp de Rieucros en France, des femmes de différents pays ont été internées pour des raisons politiques ou culturelles…elles ont partagé la même vie, appris les unes des autres. 

17h30 Femmes en résistance / nos luttes changent la vie entière

  • Huit pieds de narcisse dans un champ de caméra, de Carole Vidal, Elisabeth Cousew, Marie-Claude Heulin, Jojo Lepennetier, 25′, France, 1979 4 jeunes lesbiennes se mettent en scène dans l’espace public et pensent le monde loin des étiquettes. En toute liberté !
  • Lesbiana, une révolution parallèle, de Myriam Fougère,  64′, Québec, 2012 Mémoire de la créativité et de l’énergie de ces années de début du mouvement “lesbienne” en Amérique du Nord. Un élan enthousiaste !

Suivi d’une discussion 

19h30 repas avec l’association Karera

20h30 Femmes en résistance au capitalisme

Martyre de la cause, Lycée agricole de Pixérécourt, Senones, 4’02, prix Femmes en résistance au concours Buzzons contre le sexisme

  • Des femmes face aux missiles, de Sonia Gonzalez, 58’, France, 2021 A Greenham Common, des milliers de femmes ont fait le siège de cette base militaire britannique abritant des missiles nucléaires américains pendant de longues années. Un symbole de la résistance des femmes au patriarcat et à la destruction de la planète. 

  • Les reines du palace, de Karine Morales, 52’, France, 2021 Journal de bord de la grève des femmes de chambre du Hyatt Palace à Paris, revendiquant par tous les temps leur intégration au personnel. Un combat collectif pour la dignité !
    • Suivi d’une discussion

DIMANCHE 25 SEPTEMBRE 2022

Femmes en résistance à la peur

12h00 Accueil Petit déjeuner offert

12h30 SÉANCE SPÉCIALE 20 ANS : Femmes en résistance à la peur !

Entrée libre

Projection des photos « Women are not afraid » de Pauline Makoveitchoux, en sa présence

  • Ça a l’air de vous surprendre, collège Michel Gondry, Charny-Orée-de-Puisaye, 3’43, prix Femmes en résistance au concours Buzzons contre le sexisme
  • Femmes en résistance : 20 ans de festival (en cours, par l’équipe du festival)
    Suivi d’une discussion autour de l’histoire du festival

15H00 Femmes en résistance à l’effacement  

  • Crayon au poing, de Eloïse Fagard et Lizzie Treu, 28′, France, 2021 Au Maroc, en Tunisie, en Egypte et au Liban, quatre femmes engagées ont choisi la BD comme moyen d’expression.
  • Writing With Fire de Rintu Thomas et Sushmit Ghosh, 93′, Inde, 2021 Elles sont dalits, intouchables, et pourtant ont créé le seul journal indien dirigé par des femmes. Le journalisme les arme, leur courage les porte.

17h45 Femmes en résistance à la morosité

  • Very Bad Mother, de Camille Lancry, 51′, France, 2022 La réalisatrice, à bout de sa maternité, sort de son isolement et lutte contre la culpabilité en rencontrant d’autres « mauvaises mères » lors de ce festival féministe breton.
  • Les femmes préfèrent en rire, de Marie Mandy, 59′, Belgique-France, 2021 Neuf femmes humoristes et féministes épinglent avec mordant les travers de notre société machiste. Quand, en retour, elles subissent insultes et menaces, elles préfèrent en rire…

Spécial 20 ans : Femmes en résistance à la peur, du 23 au 25 septembre 2022

Comme chaque année, le festival se déroulera à Arcueil à l’espace municipal Jean Vilar. Mais pour les 20 ans du festival, nous renouons avec une séance spéciale dès le vendredi soir ! Notez-le dans vos agendas.

En attendant de vous dévoiler le programme et des surprises dans les jours/semaines qui viennent, le thème de cette année : Femmes en résistance à la peur !

Alors que nos soeurs états-uniennes, ukrainiennes, afghanes, et bien d’autres, font face à des situations terribles, la résistance et la solidarité, face à la peur qui tenaille, est plus que jamais essentielle !

Appel à films 2022 : 20ème édition le week-end du 24/25 septembre 2022

Nous nous réjouissons de vous annoncer que les 20 ans du festival auront lieu cette année le weekend du 24/25 septembre.

Ces 20 ans seront ponctués d’événements/surprise, mais en attendant vous pouvez nous envoyer vos liens de visionnage (de films documentaires, féministes, réalisés par des femmes et porteurs d’un point de vue fort de femmes en résistance) à l’adresse mail suivante : femmesenresistance@gmail.com

Femmes en résistance : Découvrez le programme !

La 19ème édition de Femmes en résistance, votre festival féministe de documentaires, approche ! Rendez vous les 25 et 26 septembre à l’espace municipal Jean Vilar à Arcueil.

Appel à films 2021 : 19e édition les 25 et 26 septembre 2021

Nous sommes très heureuses de vous annoncer les dates du prochain festival : 25 et 26 septembre prochain, évidemment toujours à l’espace municipal Jean Vilar à Arcueil !

Comme chaque année, nous lançons donc un appel à films informel, vous pouvez nous envoyer vos films jusque début mai à femmesenresistance@gmail.com

Femmes en résistance à la résignation : le programme !

Nous sommes très heureuses que -si tout va bien- la 18e édition de notre festival puisse se dérouler les 26 et 27 septembre prochain à l’espace municipal Jean Vilar à Arcueil. Cette année, nous avons 5 séances, dont une longue consacrée aux 50 ans du MLF ! Découvrez le programme !

Quelles que soient les circonstances, depuis toujours, les femmes ne se résignent pas face aux multiples obstacles mis sur le chemin de leur libération. Cette année, la programmation de notre festival sera largement inspirée des cinquante ans du MLF, ou plutôt de cinquante ans de documentaires qui s’intéressent aux femmes qui résistent à l’oppression patriarcale !

Samedi 26 septembre

14h Film d’ouverture

– Toto Bissainthe de Sarah Maldoror, 1984, 4’30, France.

Le portrait tout en finesse de la grande chanteuse haïtienne Toto Bissainthe, par la cinéaste Sarah Maldoror, disparue le 13 avril dernier, et qui fait la couverture de notre programme.

14h20 Le temps de la colère, les femmes !

Séance en 2 parties :

1/ Debout ! 50 ans de MLF, 50 ans de luttes contre l’enfermement des femmes et contre les violences qu’elles subissent.

– Les enfants du gouvernement de Claude Lefèvre-Jourde, 1971-1974, 39′, France.

Décembre 1971, c’est la grève au Plessis-Robinson. Le film est tourné au cœur du combat des élèves d’un collège réservé aux mineures enceintes.  Alors que l’avortement est toujours interdit, elles parlent de leur situation, de leur maternité involontaire et de leur lutte.

 

– Pourquoi les oiseaux chantent d’Hélène Châtelain, 1988, 44′, France.

1984, une Maison des femmes s’installe à Cergy. La structure n’accueille pas seulement des femmes en difficulté mais elle est ouverte à toutes les femmes de cette ville nouvelle. Plus connue pour son travail de théâtre et sur la Russie, Hélène Châtelain nous montre dans ce film le chemin parcouru depuis le début des années 70 et la dimension créative du projet de Cergy.

 

Discussion avec la salle

2/ Toujours Debout ! 50 ans… et après ?

-Prix Femmes en résistance au concours Buzzons contre le sexisme : Qui a peur de Matilda ? Collège Albert Vinçon, Saint-Nazaire, 2020, 6’57, France.

Bobines féministes, par Hélène Fleckinger, Nadja Ringart : une plateforme pour partager et valoriser les archives du MLF, source irremplaçable pour transmettre son histoire.

17h30 Brisons nos entraves

– Je suis une ouvrière, de Claudine Van Beneden, 2016, 2’07, France.

Inspiré des ex-ouvrières Lejaby d’Yssingeaux.

– Vos toilettes propres, nos propres papiers, Ligue des travailleuses domestiques, 2019, 14’, Belgique.

Couples de tous les pays, qui récure vos toilettes ?

 

– In Search, de Beryl Magoko, 2018, 90’, Allemagne.

Beryl réfléchit, doute, avance : elle qui, enfant, avait cru l’excision nécessaire, s’interroge aujourd’hui sur la chirurgie réparatrice. Pour briser ses entraves, doit-elle en passer par là ?

20h30 Parlons nous, regardons-nous !

– Sororité, prix Femmes en résistance au concours « Buzzons contre le sexisme  », d’Alyssa Ahrabare et Marie Vasselet, 2020, 4’41,  France.

C’est quoi, la sororité ? En images et en paroles.

– Mon nom est clitoris, de Daphné Leblond et Lisa Billuart Monet, 2019, 80’, Belgique.

A la découverte du clitoris, à travers le dialogue entre plusieurs jeunes femmes qui partagent leur expérience et leurs histoires. Elles se parlent, et se regardent, sans tabou.

Dimanche 27 septembre 2020

14h30 Connaissons notre force, les femmes !

Finally a Female Serial Killer, de CH Shorts, 2019, 3’50, Etats-Unis.

Bien sûr l’inspectrice en chef ne soutient pas une tueuse en série, mais…

– Gloria’s Call, de Cheri Gaulke, 2019 17’, Etats-Unis.La vie tranquille de Gloria Orenstein est bouleversée par un coup de téléphone…et sa rencontre avec des femmes artistes surréalistes.

– Chichinette, ma vie d’espionne, de Nicola Alice Hens, 2019, 95’, Allemagne-France.

Pourquoi Marthe Hoffnung, dite Chichinette, a-t-elle reçu tant de médailles ? A 99 ans, elle fait le tour du monde pour témoigner de la guerre et de sa résistance inlassable.

17H30 Ensemble, révoltons-nous !

– Quebramar, de Crys Lira, 2019, 27’, Brésil.

Un groupe de jeunes lesbiennes de Sao Paulo partent en vacances sur la côte. Elles se construisent un environnement rassurant grâce à la musique et à leur amitié. Ensemble, elles prennent soin les unes des autres, s’approprient leur corps, leurs souvenirs, leur liberté.

– Warrior Women, de Elizabeth Castle, Christina D. King, 67’, 2018, Etats-Unis.

Cinquante ans pour les droits des autochtones et pour la terre. La vie de Madonna Thunder Hawk, l’une des fondatrices de l’American Indian Movement. De l’occupation de la prison d’Alcatraz en 69 au combat contre le pipeline de Standing Rock, la révolte de femmes fortes contre le gouvernement colonial et la violence policière.

 

Merci à Cécile Le Trung pour la conception du programme. La photo de Sarah Maldoror qui fait la couverture est © Bildtjänst H Nocolaisen. Merci à l’Espace municipal Jean Vilar et en particulier à Charlotte Verna pour son soutien.

Merci comme chaque année au festival « Elles tournent » qui nous a encore beaucoup inspirées.

50 ans du MLF : Femmes en résistance à la résignation !

Nous sommes très très heureuses d’annoncer que votre festival féministe de documentaires revient pour la 18e fois le dernier week-end de septembre à l’espace Jean Vilar d’Arcueil.
Nous vous invitons donc à venir joyeusement évoquer les 50 ans du MLF les 26 et 27 septembre à l’Espace Jean Vilar ! 

Le thème cette année ?  Femmes en résistance à la résignation, car quelles que soient les circonstances, depuis toujours, les femmes ne se résignent pas face aux -multiples- obstacles mis sur le chemin de leur libération.

Cette année, notre  programmation sera en effet largement inspirée des 50 ans du MLF, ou plutôt de cinquante ans de documentaires qui s’intéressent aux femmes qui résistent à l’oppression patriarcale ! Documentaires, discussions, archives inédites, mais aussi combats contemporains, ne manquez pas cette édition les 26 et 27 septembre prochain à l’espace Jean Vilar !

Et suivez notre page Facebook et ce blog : nous dévoilerons le programme complet d’ici 10 jours !

 

Femmes en résistance, ensemble 

Les 28 et 29 septembre 2019 à l’espace municipal Jean Vilar, Arcueil (1, rue Paul Signac, RER B Arcueil-Cachan ou Laplace)

« Ensemble. Face à un monde patriarcal qui s’évertue à diviser les femmes, où le backlash intervient à chaque fois que les droits des femmes progressent, où la régression gagne, les femmes n’ont qu’une possibilité face au risque du désespoir : résister ensemble. Ensemble, elles luttent avec énergie, humour, dans la joie de tisser des liens de solidarité et de sororité.  Ce sont ces femmes qui disent non à la résignation que vous pourrez découvrir à travers les films de cette 17e édition de « Femmes en résistance », les 28 et 29 septembre prochains ».

Samedi 28 septembre

12h30 Ouverture, repas

13h Contre la résignation

Monica_Casa ConvenienteCasa Conveniente, de Barbara Balestas Kazazian, 2019, 13’, France

Mónica Calle se bat. Elle se bat dans ses spectacles avec sa troupe pour rester une comédienne, une femme, dans une société où la place de l’art est sans cesse remise en cause. 

strike-a-rockStrike a Rock, de Aliki Saragas, 2017 , 87’, Afrique du Sud

Lorsque 37 grévistes sont tués par la police, le village minier de Marikana est ébranlé. Deux femmes mènent leur communauté dans un combat historique contre la multinationale locale. En essayant de rester fidèles à elles-mêmes et à leur communauté, elles résistent et réclament justice.

 

15h45 

Contre l’extraction

Prix Femmes en résistance au concours “Buzzons contre le sexisme” Parce que je suis une fille, (5’57) Pôle Jeunesse Talaudière (42350)

It looks like me, de Cristina Kelly, 2018, 26′, Brésil

It-looks-like-meAu Brésil, plus de la moitié de la population est de couleur. Mais l’immense majorité des poupées pour les enfants sont blanches. Des femmes créent pour que les enfants noir·es n’aient plus à intérioriser la domination blanche.

 

 

Ni les femmes ni la terre

Ni les femmes, ni la terre, de Marine Allard, Lucie Assemat, Coline Dhaussy, 2018, 60′, France 

En Argentine et en Bolivie, le film suit au plus près des activistes qui luttent contre les violences faites aux femmes, le système Monsanto et les entreprises extractivistes. Il met en évidence le parallèle entre les logiques d’appropriation capitaliste, coloniale et patriarcale de la terre et des femmes. 

 

 

18h Tout contre

The-rest-I-Make-upThe rest I make up, de Michelle Memran,  2018, 79’, Etats-Unis

Maria Irene Fornes, dramaturge et metteuse en scène, était une référence de l’avant garde théâtrale new-yorkaise. Nous la découvrons dans ce portrait attachant et sensible alors qu’elle est atteinte de la maladie d’Alzheimer. L’ amitié complice qui la lie à la cinéaste et leur humour nous embarquent dans leur voyage créatif. 

logo-noir

Séance en partenariat avec le festival de films de femmes de Créteil.

 

20h30 Contre l’oubli

Réponses de femmes : Notre corps, notre sexe, d’ Agnès Varda, 1975, 8′ France

Réponses-de-femmesA la question « Qu’est-ce qu’une femme ? » posée par une chaîne de télévision, Agnès Varda répond, à sa manière… La séance sera l’occasion d’évoquer son engagement féministe.

Les muses s’amusent, une réalisation à plusieurs voix,  sous l’oeil d’Hélène Fleckinger, 2019- 20’

Réunies autour d’une affiche mythique qui rassemble des slogans nés au coeur des luttes féministes des années 1970,  Ioana Wieder, Claude Jourde et Monique Duriez racontent l’histoire du groupe “Les Muses s’amusent”, dont elles sont les fondatrices.

Vivre leur vie, de Marie-Pierre Jaury, 2018, 52′, Canada-France

Vivre-leur-vieElles vivent à Orléans, à Montréal ou à New York. Elles avaient 15, 17 ou 20 ans quand elles ont su qu’elles étaient enceintes; Elles ont avorté et ont fait le choix de continuer à « vivre leur vie ». Malgré les difficultés, le tabou et l’isolement. 

 

Dimanche 29 septembre

13H30 Contre la haine

Le rideau, de Kahina Zina , 2019, 26′, Algérie 

Malgré sa condition de femme dictée par les hommes, une jeune femme s’interroge sur comment résister aux agressions, comment s’en protéger sans mettre sa vie en danger.

 

Les jours d’après, de Julie Bonan, 2019, 68′, France 

Jours-d'après.jpgA travers un dispositif scénique original deux femmes et un homme réfugié·es en France livrent chacun·e leur propre récit, offrant un témoignage poignant de leur parcours d’exils.

 

15h30

Contre l’exploitation 

 

Marche exploratoire à la Goutte d’or, de Géraldine Gacon, 2014, 10′, France 

Afin de se réapproprier l’espace public, des femmes de la Goutte d’or participent à des marches exploratoires abordant ainsi les problèmes qu’elles y rencontrent et pointant ce qui doit être amélioré.

 

Les invisibles de Clarisse Feletin, 2019, 30′, France 

les-invisiblesQue ce soit au sein de la SNCF, dans les groupes hôteliers ou les administrations les sociétés de sous-traitance font leur loi. Mais des salarié.e.s du nettoyage osent les affronter.

 

Vie-d'une-petite-culotteLa vie d’une petite culotte (et de celles qui la fabriquent), de Stefanne Prijot, 2018, 60′, Belgique 

De notre petite culotte aux mécanismes de la mondialisation et de ses répercussions sur l’environnement : portraits croisés de ces femmes qui fabriquent nos dessous aux quatre coins du monde.

 

17h30 Contre les mâles maîtres

Désirée, de Elo S. Mytilène, 2019, 5′, France

Rompre le silence. Tout dire, vite, dans l’urgence, à coup de stylo à billes.

 

Seder Masochism, de Nina Paley, 2018, 82’,  Etats-Unis

seder-masochismMerveille de l’animation, d’un humour féroce, Seder Masochism est le récit féministe inédit d’un repas de Seder (premier repas de la Pâque juive), iconoclaste, au sens propre.   

 

19h30 Contre l’esclavage

Clip pour l’abolition de la prostitution, Amelia Tiganus, Feminicidio.net, 2019, Espagne, 2’30

Pour la révolution féministe du 21e siècle, les femmes, ensemble contre la prostitution.

 

Thousand GirlsA Thousand Girls Like Me, de Sahra Mani, 2019, 80′, Afghanistan

Afghanistan : Khatera, 23 ans, enceinte de son second enfant, brise le silence. Violée par son père depuis son jeune âge, elle prend la parole à la télévision, devant des millions de téléspectateurs et provoque un séisme. Déterminée à faire valoir ses droits, elle saisit la justice. Sera-t-elle enfin entendue ?

 

Partenaires : 

Elles tournent

Mairie d’Arcueil

Mouvement du Nid

Violette and Co

Matilda éducation 

Femmes ici et ailleurs 

 

Tout le week-end : restauration d’inspiration péruvienne sur place avec Kunti

Librairie Violette and co

Appel à films pour l’édition 2019 (28 et 29 septembre !)

FER2019

Envoyez vos films à femmesenresistance@gmail.com

Femmes en résistance à l’oubli : une belle réussite !

JV FERUne2018Pour cette seizième édition du festival féministe de documentaires, qui comme chaque année se tient le dernier week-end de septembre à Arcueil, nous avions décidé de résister à l’oubli. Et ce fut une belle réussite !

Avec encore plus de 500 entrées en deux jours, l’affluence était au rendez-vous, les eux jours, pour voir les 19 films de la programmation. Des films qui ont permis de rendre visibles, audibles, des femmes exceptionnelles, pour leurs accomplissements personnels ou collectifs, pour ce qu’elles avaient vécu, survécu, créé. Ou parce que l’histoire tentait de les effacer pour effacer les crimes commis à leur encontre.

Comme chaque année, et en attendant la prochaine édition (le cap des 20 ans en ligne de mire !), c’est l’heure des remerciements !

Un grand merci aux réalisatrices, qui ont rendu visibles ces femmes et leurs luttes, et à Ana Lopez Luna pour sa présence pour Enterrar y Callar, film remarquable sur les enfants volés en Espagne sous Franco et 15 ans après, qui a fortement impressionné la salle. Merci à Pauline Christophe également venue

Merci à Nell Shipman, Ceija Stojka, Martha et Niki, Kate Millet, Monique Wittig, Christine Delphy, aux Lunadigas (femmes sans enfant), aux artistes camerounaises de Vibrancy of Silence, Zolan N’Gono, Marthe, Djilo Kanga, Frieda,Ekotto, Koyo Kouoh, Marie Sabal, Hooligan Sparrow, aux guerrières de la paix, etc.

Merci à l’espace municipal Jean Vilar et à sa nouvelle directrice Charlotte Verna , qui nous a très bien accueillies ! Nous avons bien sûr pensé à Dominique part cette année à la retraite et avec qui nous avons fondé le festival.

Merci à Juliette Mant, adjointe à la culture de la ville d’Arcueil, qui a été assidue aux projections et a fait un très chaleureux discours d’ouverture, montrant la place de Femmes en résistance dans la vie culturelle de la ville.

Merci à l’équipe du cinéma, Habib Fadlaoui à la réservation des films et à l’accueil, Antoine Blin à la cabine de projection.

Merci à Marie Vermeiren, du festival Elles tournent de Bruxelles, pour .les films qu’elles nous a permis de découvrir et pour sa présence.

Merci à Cineffable pour les sous-titres du film sur Nell Shipman.

Merci doublement à la Maison rouge, pour nous avoir fait découvrir Ceija Stojka et prêté la version sous-titrée du film où elle témoigne de Bergen-Belsen, et pour Poupées noires.

Merci à la librairie Violette and co, toujours présente avec des ouvrages qui entrent en résonance avec la programmation.

Merci au Mouvement du Nid du Val-de-Marne et sa déléguée Claire Quidet pour la mise en contexte du film « Kate Millet parle de prostitution avec des féministes ».

Merci à Teledebout qui organise depuis 7 ans le concours Buzzons contre le sexisme, et aux 3 équipes qui ont fait les films remarquables que nous avons primé cette année.
Merci aux deux jeunes réalisatrices de « Je ne pense pas donc sexiste » qui sont venues à la projection.

Merci à notre public, qui est venu en nombre malgré le RER et les autres manifestations programmées à Paris le même week-end…un public toujours fidèle, chaleureux, assidu, certaines viennent à toutes les séances depuis 16 ans, c’est précieux !

Merci aux bénévoles de la cafétéria, toujours efficaces, Alice Yonnet-Droux, Valérie Dupouy, Anne Lenfant, Nadine Ferry, Martine Fredj et à Anne-Marie Viossat pour les courses

Un merci spécial à Kunti Devi, qui a assuré avec maestria et zen la confection d’une cuisine délicieuse ; empanadas, tortilla et salade, sans oublier de délicieux gâteaux.

Merci à Martine et Nadine, nos amies et coéquipières

Et merci à toutes les femmes, d’hier et d’aujourd’hui, qui résistent à l’oubli et nous inspirent !

Nadja et Sandrine

IMG_1941 (1)IMG_1944 (1)IMG_1757IMG_1935