Archives mensuelles : septembre 2011

J-2 !

Voila, le festival c’est après-demain !  et pour deux jours, à l’espace municipal Jean Vilar d’Arcueil  : 1, rue Paul Signac, RER B Laplace (2 zones) ou Arcueil Cachan (3 zones) !

Avec un riche programme de documentaires et de débats, un espace d’échanges pour déguster les délices de la cantine indienne Kâlî Power de Moruni, la librairie Violette and Co, le concert avec Système D et deux invitées « surprises », Cae et Kadja Nsé qui seront en duo pour nous chanter quelques chansons de leur répertoire.
Il y aura aussi une expo, cette année, annonciatrice de de la sortie d’un livre coordonné par l’association des 40 ans du mouvement de libération des femmes sur les slogans féministes.


Et bien sûr, l’anniversaire de Télédebout, L’imposture en première européenne avec le mouvement du Nid, le débat avec la Fédération nationale solidarité femmes sur l’accompagnement des femmes victimes de violence depuis 25 ans…

De tout cela, en avant-goût, on a parlé à l’émission femmes libres de radio libertaire que vous pouvez écouter ICI

et toutes les infos dans les billets ci-dessous !

A SAMEDI !

Publicités

A l’émission « Femmes libres » ce soir

Comme chaque année, le festival sera ce soir à l’émission femmes libres (89.4 FM) de Nelly Trumel sur Radio libertaire. C’est de 18h30 à 20h30, avec plein d’invitées !  La Fédération nationale solidarité Femmes, le Mouvement du Nid, Nadja Ringart et Sandrine Goldschmidt…et en musique, les concertistes de dimanche, Cae (qui sera avec Kadja N’Se) et Système D

 

Kâlî Power « cantine Indienne », à déguster au festival !

Kâlî Power « cantine Indienne »

vous propose ses plats préférés de l’Inde du Nord lors du Festival Femmes en résistance du 1er au 2 octobre 2011  !

Voici en avant-première un menu très alléchant…cette année, ce sera festival de documentaires, mais aussi festival de saveurs avec la cuisine de Moruni !

Samedi

A partir de 14h – Café gourmand avec farandole de 3 desserts : macaron, financiers, moelleux au chocolat – 3€

Apéro : brochette de légumes marinés accompagnée de sa raïta – 2€

Dîner : Sabzi de légumes et riz à 5€ et/ou poulet murgh massala et riz 6€

Douceur pour finir la soirée

Dimanche

Brunch Kali Power : badji de légumes (beignets) et pommes de terre façon Calcutta accompagnés de chutney aux pommes et confits d’oignons, tchaï  – 3€

A partir de 19hDal katchouri – 3€

Boisson Lassi – 2€

Contact : khalipower@gmail.com


Projection-débat avec la FNSF, samedi 1er octobre à 16H00

Cette année, Femmes en résistance propose une séance en partenariat avec la Fédération nationale solidarité femmes, le samedi 1er octobre à 16h.

Une projection-débat exceptionnelle avec deux films, « Maintenant, ça va », de Hélène Châtelain (1987) et « Violences conjugales, comme en sortir ? », de Laetitia Moreau (2010).
La séance sera animée par Pascale Carayon de la FNSF, qui aura pour invitées, outre les deux réalisatrices, Nadja Ringart, sociologue et féministe, qui a réalisé l’enquête pour le film d’Hélène Châtelain, et Viviane Monnier, directrice de Halte aux femmes battues à Paris.

Pascale nous présente le thème de la séance :

« Depuis 24 ans, les différentes intervenantes du réseau FNSF ont acquis une véritable compétence dans l’accueil, l’accompagnement et la prise en charge des femmes victimes de violences conjugales, qui mêle militantisme féministe et travail social.

Durant toutes ces années la FNSF n’a eu de cesse de faire entendre la parole des femmes victimes de violences conjugales et de promouvoir toutes les expérimentations qui participent à la lutte contre les violences faites aux femmes et favorisent la sortie des violences.

Dans un contexte politico-médiatique qui prône l’éphémère et le fait divers, et, au regard des réductions budgétaires qui atrophient le mouvement, nous nous interrogerons sur les questions suivantes :

–          Quelles images pouvons-nous montrer des femmes victimes de violences conjugales et de nos actions pour une prise en compte du phénomène sociétal que représentent les violences conjugales ?

–          Quelle place est-il encore donné à l’expérimentation ? et à quelle(s) fin(s) ?

Projection débat à l’espace municipal Jean Vilar d’Arcueil, 1, rue Paul Signac, Arcueil

Teledebout fêtera ses 1 an à Femmes en résistance ! Et lance un concours « buzzons contre le sexisme » !

Ca y est, le concours « buzzons contre le sexisme » est lancé, les jeunes de 10 à 22 ans peuvent y participer. Pour cela, il faut s’inscrire avant le 31 décembre 2011, et réaliser un film avant le 15 mars 2012. Toutes les formes sont acceptées (entre 2 et 20 minute de longueur), dessin animé, documentaire, fiction, ce qu’il faut, c’est mettre en avant des idées !

Les jeunes peuvent participer seuls, en équipe, ou avec leur classe . Pour en savoir plus et se préinscrire, rendez-vous sur le site de Teledebout ! et voir ci-dessous la bande-annonce (très jolie). N’hésitez pas, si vous connaissez des enfants, des profs, à faire circuler l’information autour de vous !

Par ailleurs, Teledebout aura un an fin septembre, et viendra les fêter à Femmes en résistance le 2 octobre, en clôture du festival. Barbara et Joséfine présenteront un « best of » des videos diffusées sur la première webtélé féministe et nous réservent également quelques nouveautés. Enfin, nous fêterons dignement l’anniversaire avant de laisser la place au concert de clôture par Système D

A propos de L’imposture, à voir le 1er octobre à 21h

Le mouvement du Nid, partenaire du festival, a publié un long article sur L’imposture sur son site.

Vous pouvez le lire en entier ici, ainsi que l’annonce du festival ici

En voici le début :

Un marché du sexe entre adultes consentants, un métier comme un autre, voire l’exercice d’une liberté sexuelle profitable… aux femmes : la liste est longue des euphémismes faussement subversifs, mobilisés pour la défense du système prostitutionnel, et qui n’ont d’autre but que sa perpétuation ; qui sont autant de prétextes pour justifier le droit de certains hommes à faire main basse sur le corps de femmes corvéables sexuellement.

Voici pour l’imposture du titre, l’imposture qui sert commodément à esquiver les questions fécondes : pourquoi le droit d’être prostitueur n’est-il jamais questionné ? Pourquoi tant de personnes prostituées, indépendamment de leur voie d’entrée dans la prostitution, souhaitent désespérement en sortir, sans que rien ou presque ne soit fait – au Québec, en France et ailleurs… – pour le leur permettre ?

Le travail d’Ève Lamont ne fournit pas un prêt-à-penser sur la prostitution. Elle invite au contraire une dizaine de femmes à vivre sous l’œil de sa caméra : l’une peint, l’autre coiffe, une autre déambule dans les couloirs de son école… toutes investissent un quotidien arraché hors de la prostitution ; cette proximité complice (que l’on devine acquise en récompense d’un long travail de la cinéaste) ouvre grand les yeux et les oreilles des spectateurs. À quelques rares exceptions près, tout le documentaire est une tribune offerte à des femmes ayant vécu dans le système prostitutionnel des expériences variées : l’occasion inédite d’un discours enfin débaillonné.

Et sans fioritures. La prostitution ? Un viol continuel, on accepte de se faire payer pour être violée ; Les violences incessantes des « clients » : Payer donne tous les droits : puisqu’ils payent plus, tu dois en faire plus, et particulièrement celui de se venger sur autrui de ses échecs et défaillances personnels… Elles racontent comment les prostitueurs tirent profit des situations de faiblesse qu’ils repèrent

« L’imposture », d’Eve Lamont, première en Europe, et séance avec le Mouvement du Nid

« Abolir le système prostitueur », c’est le nom de la séance du samedi soir pour la 9ème édition du festival Femmes en résistance…pas étonnant donc, que le mouvement du Nid ait souhaité être présent et c’est avec plaisir que nous l’accueillerons à Arcueil pour répondre à des questions à l’issue de la projection du dernier film d’Eve Lamont dont ce sera la première diffusion européenne. Un film militant fait de témoignages de femmes sorties ou encore sous l’emprise du système prostitueur.  Aux côtés du Mouvement du Nid, nous aurons également le plaisir de recevoir Muriel Salmona, présidente de l’association Mémoire traumatique et victimologie. Alors n’oubliez pas, et transmettez l’info, L’imposture à Femmes en résistance c’est le samedi 1er octobre à 21h00 à l’espace municipal Jean Vilar à Arcueil !

Et retrouvez le programme complet iciou en pdf ici