Archives mensuelles : juin 2013

Rencontre le 4 septembre avec Muriel Salmona à la librairie Violette and CO.

Capture d’écran 2013-07-08 à 09.17.57

LE GROUPE « LES AMIES DE FEMMES EN RESISTANCE »

Vous qui lisez ce blog, vous connaissez bien sûr notre festival «  Femmes en Résistance  » qui a lieu chaque année le dernier weekend de septembre à l’espace Jean Vilar à Arcueil. Ce festival de films documentaires a été créé il y a 11 ans par l’association féministe «  Résistances de femmes  ». Notre festival est militant et dénonce les violences faites aux femmes, les discriminations, l’idéologie sexiste. Il contribue à rendre visibles des résistances de femmes au système patriarcal dans le monde entier. Enfin, il a pour vocation de montrer le travail de femmes réalisatrices trop souvent mises à l’écart des grandes compétitions et d’échanger autour des films sur les thèmes abordés.

En raison du succès grandissant de notre festival, nous souhaitons développer des nouveaux projets. Nous avons beaucoup d’idées mais peu de moyens financiers. Or, comme vous le savez nous sommes dans une période de restrictions budgétaires touchant les associations et plus particulièrement celles qui ne bénéficient pas d’une grande notoriété. Aussi, avons-nous envisagé de mettre en place une adhésion de soutien, sous le nom «  les AmiEs de Femmes en Résistance  »

Les fonds recueillis serviraient à améliorer le fonctionnement du festival et notamment  :
-la communication  : réalisation d’affiches, et autres supports mettant en valeur le festival.
    Accueillir des réalisatrices dont les films sont présentés, possibilité de participer à leurs frais de déplacement
    Rémunérer les artistes qui se produisent pendant le festival, pour pouvoir maintenir les moments de concert et spectacle vivant, rémunérer les exposantes.

En échange, faire partie des «  AmiEs de femmes en résistance  » ouvrirait la possibilité de participer à une après-midi/soirée de réflexion conviviale autour du festival  : réflexion et discussion -que l’on n’a pas toujours suffisamment le temps de mener pendant l’événement- sur l’édition écoulée, propositions pour l’édition suivante, qui pourront être reprises par l’équipe du festival.

Vous pouvez envoyer vos adhésions de soutien par chèque libellé à l’ordre de Résistances de femmes  à l’adresse suivante  :
Résistances de femmes
c/o Maison des femmes de Paris
163, rue de Charenton
75012 PARIS

Publicités

11ème édition : Résistance à l’obscurantisme !

capture-d_ecc81cran-2012-06-25-acc80-20-50-02.pngPour sa onzième édition, qui se déroulera les 28 et 29 septembre toujours à l’espace municipal Jean Vilar d’Arcueil, le festival Femmes en résistance s’intéressera aux femmes qui, partout à travers le monde, résistent à l’obscurantisme, sous toutes ses formes.

L’obscurantisme, c’est le refus de la pensée et des droits à l’autre, sous prétexte qu’en tant que dominant-détenteur du pouvoir, on peut nommer et imposer, donc faire passer pour vérité ce qui n’est que défense de ses intérêts ou son opinion.

C’est aussi le moyen de justifier auprès des opprimé-e-s la soumission qui leur est imposée en invoquant comme donné et incontestable ce qui n’est qu’un dogme.

Pour les femmes, le phénomène est mondial et traverse toutes les sociétés. Partout, il est dévastateur. Véhiculé à grande échelle par les idéologies religieuses et capitalistes ou par ceux qui s’en emparent, il impose violences, privations de liberté, freins à l’émancipation des femmes.

Ainsi, empêcher les filles d’aller à l’école par tous les moyens -dont celui de rendre les routes trop peu sûres pour qu’elles puissent faire le trajet, est la première manifestation de l’obscurantisme patriarcal. Mutiler les femmes, forcer les mariages, imposer des tenues vestimentaires sont les moyens utilisés pour y parvenir.

Au sein des sociétés capitalistes occidentales, l’obscurantisme avance à visage couvert, affirmant d’une part l’égalité, en refusant d’autre part son application aux femmes et aux lesbiennes. S’arrangeant pour enfermer les femmes dans des tenues contraignantes, pour faire coller leurs hauts talons aux planchers de l’entreprise, en les écartant des réseaux et moyens d’ascension sociale, en les maintenant dans le « devoir d’être mère », en leur imposant enfin le harcèlement sexuel et toutes les formes de violences, et ce dès l’enfance, pour qu’elles ne puissent espérer pouvoir développer leur vie propre, selon leur désir.

Lumière de la résistance

Dans ce contexte très noir pour les femmes, par quels moyens résistent elles à l’obscurantisme ? Comment font-elles, alors qu’elles risquent parfois la prison ou la mort simplement pour avoir osé parler, sortir de chez elles, exprimer leur opinion, pour malgré tout se battre et faire reconnaître leurs droits de personne humaine  ? Faut-il qu’elles visent le séparatisme, fassent grève, ou prennent les armes, ou la plume, le pinceau ou la caméra  ? Comment et où peut s’organiser la résistance  ?


A travers des documentaires venus de nombreux pays du monde, des débats et des rencontres, le festival abordera toutes ces questions, et tentera d’ouvrir une porte vers les utopies, les réalités de demain, que nos combats rendent possibles.