Archives du mot-clé féminisme

Femmes en résistance à l’oubli : découvrez le programme ! (29 et 30 septembre à Arcueil)

 

FER2018-couvphoto

©Archives Ringart

Résister à l’oubli dans lequel l’histoire, la vie, les réalisations des femmes sont maintenues. C’est la colonne vertébrale de cette programmation de films documentaires puissants et passionnants qui donnent à voir, à entendre la vie des femmes, dans leur diversité. Parce qu’ils font revivre, survivre les femmes que le patriarcat tente d’effacer avec une trop parfaite régularité. Parce qu’ ils nous montrent leurs victoires, individuelles et collectives. Parce qu’enfin ils nous font exister, tout simplement.

SAMEDI 29 SEPTEMBRE

13H00 : ouverture

13h15 : Rendre visibles

Google Backed, d’Alix Diaconis, 2017, 3’, Etats-Unis

Un nouvel outil pour connaître le temps de parole accordé aux personnages féminins au cinéma.

Women Who Score, Sara Nesson, 2017, 12′ , Etats-Unis

Les compositrices de musiques de film aux Etats-Unis sont peu nombreuses et peu visibles mais raflent de nombreux prix et organisent leur solidarité.

Reel Women Seen, d’Amanda Tapping, 2017, 8′, Canada

A travers une parodie de séries télé, la situation actuelle des femmes dans le cinéma.

GFGC-PostcardGirl from God’s Country : The History of Women in Film and Other War Stories

de Karen Day, 2016, 66′, Etats-Unis

L’histoire de Nell Shipman, actrice, scénariste, productrice et réalisatrice, née le 25 octobre 1892 au Canada. Le film sort de l’oubli cette cinéaste qui met en scène des personnages de femmes audacieuses et fortes et qui est aussi pionnière des tournages de films d’aventures dans la nature.

15h45 : Faire Revivre

Enterrar y Callar, de Anna Lopez Luna, 2014, 82′, Espagne

Des centaines de milliers de bébés espagnols ont été enlevés durant plusieurs décennies. Ce trafic a commencé sous le régime franquiste et a perduré jusqu’à la fin des années 80. Le film nous montre l’organisation de ces crimes qui ne sont, aujourd’hui encore, pas jugés.

FER-enterrarycallar1

18h00 : Entendre

FER2018-ZolanVibrancy of Silence, A Converstation with my Sisters, de Marthe Djillo Kamga, 2018, 95, Belgique/France/Cameroun

Cinq femmes d’origine camerounaise se racontent et partagent leur vision du monde à travers leurs conversations croisées, intimistes, et livrent leurs réflexions sur l’exil et la transmission de leur identité et de leur histoire.

20h45 : Reconnaître

Je suis un combat ordinaire, de Pauline Christophe, 2018, 2′, France

Contre la violence conjugale : quand la sororité fait la différence

Diadème, martinet et sentiments, de Natacha Hubaut, 2017, 16′, Belgique

Questions et réponses sur l’amour et la sexualité

FER2018-LunadigasLunadigas, de Nicoletta Nesler et Marilisa Piga, 2016, 77′, Italie
Tourné en Italie, Lunadigas raconte l’histoire de plusieurs femmes. Qu’elles soient célibataires ou en couple, nées avant, pendant, après la guerre, trentenaires ou même plus jeunes elles partagent toutes la même détermination : ne pas avoir d’enfant.

 

 

DIMANCHE 30 SEPTEMBRE

13h30 : Revendiquer

Séance en partenariat avec le Mouvement du Nid 94

Kate Millett parle aux féministes françaises , collectif Videa, 1975, 20′, France

Conversation entre Kate Millett, Monique Wittig et Christine Delphy autour de « la fronde » des prostituées de Lyon en 1975

Hooligan Sparrow, de Nanfu Wang, 2016, 84′, Chine/États-Unis

Surveillance de l’état, harcèlement, emprisonnement, « Hooligan Sparrow » sait ce qu’elle encourt en venant protester avec d’autres dans la Province de Hainan contre un crime sexuel scandaleux. Accompagnant cette activiste féministe dans son combat la réalisatrice devient elle aussi une cible du gouvernement.

FER2018-Hooligansparrow

15h45 : Survivre

Sous les planches l’herbe est plus verte, de Karin Berger, 2005, 52′, Autriche

Ce film nous permet de découvrir l’extraordinaire Ceija Stojka, artiste, femme autrichienne rom et survivante d’Auschwitz, Ravensbrück et Bergen-Belsen. Son témoignage de fillette de 11 ans à Bergen-Belsen est unique, tout comme son œuvre picturale. FER2018-ceijastojka

In Loving Memories, d’Audrey Rousseau, 2017 38′, Irlande/Canada

Le travail de recherche et de mémoire sur le sort des jeunes femmes enceintes hors mariage et sur ce qu’il est advenu de leurs enfants dans les buanderies Madeleine se poursuit en Irlande, et montre la responsabilité de l’Eglise dans les féminicides et infanticides de l’époque. Qui pousse aujourd’hui les Irlandaises à se lever contre l’obscurantisme.

FER2018-InLovingMemories

17h45 : Exister
FER2018-PoupéesnoiresPoupées noires, de Nora Philippe, 2017, 30′, France

A l’occasion de l’exposition « Black Dolls », qui a eu lieu en 2018 à La Maison rouge, présentant 200 poupées de la collection Deborah Neff, Nora Philippe, commissaire de l’exposition, a tourné ce film sur la condition des femmes noires aux Etats-Unis.

 

Guerrières de la paix, de Hanna Assouline et Jessica Bertaux, 2018, 55′, France

Depuis quatre ans des femmes palestiniennes et israéliennes ont décidé de s’unir contre la guerre. Elles ont créé ensemble un mouvement informel, Women Wage Peace et sont aujourd’hui plusieurs dizaines de milliers, de tous horizons politiques et de toutes origines.

FER2018-Guerrières

20h15 Vaincre en dansant

Prix femmes en résistance au concours Buzzons contre le sexisme 2018 (trois prix ex-aequo)

Tom, un garçon comme les autres, enfin presque… , 2’24, Collège Anatole France-Limoges

Girl Power, 4’43, lycée Touchard-Le Mans

Je ne pense pas donc je suis sexiste, 4’44, Ecole de la 2eme chance-Sevran

Martha et Niki, de Tora Mkandawire Martens, 2015, 92′, Suède

FER2018-marta&niki

Martha et Niki s’expriment en dansant. Le hip hop les rapproche, elles forment un duo gagnant plein d’énergie. Mais leurs histoires personnelles diffèrent et chacune devra trouver sa propre voie.

Espace municipal Jean Vilar d’Arcueil, 1, rue Paul Signac. RER B Arcueil Cachan ou Laplace

Librairie Violette and Co

Cantine solidaire

Partenaires : Elles tournent, Mairie d’Arcueil, Mouvement du Nid Val-de-Marne, Violette and co

Publicités

AppelafilmFER18.jpg

Femmes en résistance à la modestie, la plaquette est sortie !

Vous avez déjà pu découvrir le programme cet été, voici la version imprimable et papier…que vous pourrez trouver sur place lors du festival les 30 septembre et 1er octobre, ainsi qu’à la librairie Violette and co ou à la Maison des femmes et autres lieux indispensables.JV-Femmes-en-résistance-2017-2

Voici le programme en pdf, donc, et en photo : JV FER 01-08 

N’HÉSITEZ PAS A PARTAGER AUTOUR DE VOUS !

Capture d_écran 2017-08-28 à 08.59.22

30/09-01/10 ! Retenez les dates du 15e festival !

Et si vous avez des films, des idées, à nous soumettre, il vous suffit de nous écrire à femmesenresistance@gmail.com !

Capture d_écran 2017-01-28 à 15.18.22

Appel à films 14e édition

 

Capture d’écran 2016-03-06 à 12.54.29

 

 

Merci pour ce beau festival !

11219511_893337974081527_4312604806899142561_nMerci à toutes et à tous qui êtes venues ce week-end au festival résister à l’uniformité ! Tout s’est très bien passé, avec une moyenne au dessus de 60 entrées par séance, et une superbe ambiance !

D’ailleurs, comme nous l’a suggéré avec raison une des plus anciennes fidèles du festival, nous aimerions faire un « livre d’or » pour que vous puissiez donner vos retours, ce qui vous a plu, vos impressions, et manifester votre soutien à ce week-end féministe. Ecrivez-nous en commentaire de ce message, nous les publierons, et cela nous sera d’une grande aide pour perpétuer le festival, si vous manifestez qu’il vous tient à coeur ! 

Pour cette année de résistance à l’uniformité, nous avons eu de très bons retours sur la programmation, avec une mention spéciale pour deux films :

-Vessel, sur l’activisme pro-avortement des « Women of Waves » en ouverture (1), « un film magnifique et plein d’énergie militante et Les Optimistes« , les vieilles dames volleyeuses de Norvège en clôture du festival ont raflé tous les suffrages, tant elles nous donnent une leçon de vie et envie de vieillir.

Nous avons également eu une très belle séance en partenariat avec Elles tournent le festival de films de femmes de Bruxelles (prochaine édition fin janvier) avec Marie Vermeiren, qui met toujours à la disposition de toutes avec une grande générosité sa connaissance exceptionnelle des films faits par des femmes à travers le monde !

IMG_8287

-Daddy, de Niki de Saint-Phalle et P.Whitehead, un des rares films à s’attaquer au père violeur, film fort et dérangeant, parfois contestable, sur le pire des traumatismes infligé aux enfants, et aux petites filles en particulier, et un des piliers les plus tabous du patriarcat, qui a longuement fait réfléchir et discuter le public. Merci à Catherine Gonnard qui est venue remettre la séance dans son contexte historique et dans le contexte de la vie et l’oeuvre de Niki (2).

-Merci à OzE’N et Ophélie, qui n’ont pas failli à la tradition d’un très beau moment musical en clôture du festival. Leurs voix et leur présence ont enchanté l’espace Jean Vilar et les résistantes!

-Tout au long du week-end, la cantine Kali Power, grâce à Moruni et sa belle équipe, Helena, Vanessa, Monique et Pascale, elles nous ont aidé à résister à l’uniformité en offrant à nos papilles et estomacs des saveurs fines et variées, merci à elles !

IMG_8265

-Merci à mes partenaires d’organisation et amies, Nadja et Moruni. Comme dit Nadja, il nous arrive parfois de ne pas être d’accord (et heureusement), mais nous sommes toujours solidaires, et heureuses de découvrir ensemble de nouveaux films, nouvelles artistes etc. Mention spéciale à la photo du programme, tirée des archives de Nadja, et qui a fait plus que l’unanimité (ah bon ce n’est pas possible ?).

-Merci à la ville d’Arcueil et à toute l’équipe de l’ Espace municipal Jean Vilar, et en particulier à Habib qui a réuni les films et Antoine, notre projectionniste toujours attentif et intéressé, à Dominique le directeur de la salle qui nous soutient depuis 13 ans, à Michel aux entrées et Marco pour le concert et à Claudine qui tient les lieux propres après le passage des festivalières.

-Merci aux spectatrices fidèles et agréables qui ne manquent pas une édition du festival ! Certaines d’entre elles sont même AmiEs de Femmes en résistance (si vous voulez soutenir le festival, vous pouvez envoyer une participation libre à l’ordre de Résistances de femmes, c/o Maison des femmes de Paris, 163, rue de Charenton, 75 012 Paris).

– ET un merci tout spécial à Rebecca et Mathilde qui ont assuré pour le « détalonnage » des tickets à l’entrée !

-Merci enfin au soleil et à la lune, toujours présents en ce dernier week-end de septembre à Arcueil…même nous étions déjà couchées pour l’éclipse de la décennie…

Enfin, un rendez-vous : nous serons présentes à la journée porte-ouvertes de la Maison des femmes de Paris, le 10 octobre à 14h, au 163, rue de Charenton dans le 12e (en non-mixité).
Sandrine

(1) si vous l’avez manqué, le film sera également diffusé en ouverture de Cineffable fin octobre

(2) Et merci à Jennifer qui a fait les sous-titres

Femmes en résistance à l’uniformité : le programme !

Pour sa 13e édition, votre festival féministe de documentaires se déroulera les 26 et 27 septembre 2015 à l’espace municipal Jean Vilar d’Arcueil. Cette année, nous avons choisi de résister à l’uniformité, idéologique ou formelle qu’on voudrait nous imposer. Nous avons donc résolument choisi d’explorer la diversité  des sujets qui nous concernent, et des formes d’expression des femmes, du « tract » activiste » militant à l’oeuvre expérimentale, en passant par le documentaire plus classique. Capture d’écran 2015-07-09 à 11.03.27Voici le programme.

Samedi

13h00 Accueil

13h45

-« J’aime les filles », de Flow Jackson, 2015, 3′, France, parodie d’une chanson célèbre

Prix Femmes en résistance dans le cadre du concours « buzzons contre le sexisme », 3′, France

-« Les rois reinesdu café 

93300 Aubervilliers »

avec le collectif « Place aux femmes » d’Aubervilliers,

video de Marc Dubois, 2015, 8’56, France

C’est à Aubervilliers, en Seine Saint Denis, qu’est inaugurée la première Place des Femmes en France. L’occasion de rencontrer le collectif Place aux femmes qui lutte pour une réelle mixité sexuelle dans l’espace public. Comment ? En investissant les bistrots de la ville ! Cette vidéo préfigure un futur long métrage.

-« Vessel », de Diana Whitten, Etats-Unis

2015, 87′ Rebecca Gomperts, médecin, militante et fondatrice de « Women on Waves », a eu l’idée d’affréter un bateau battant pavillon hollandais pour permettre à des femmes vivant dans des pays où l’avortement est illégal d’avoir accès dans les eaux internationales, aux médicaments abortifs. Un combat fondamental, original et courageux qui ne va pas sans résistances…

16h30

-« Rape : It’s your fault », 2015, 3′, Kalki Koechlin et VJ Juhi Pandey, All India Backshod, Inde

Le viol, à qui la faute ?

-« Dekh Le », Whistling Woods International Institute For Films, Media, Animation And Media Arts (Organization), 2013, 1’30, Inde

Campagne officielle en Inde pour la lutte contre le harcèlement de rue.

-« Uteros ilegales »,

Mujeres Creando, 2014, 20′, Bolivie

Nouvelle action de rue:performance du collectif bolivien « Mujeres Creando ».

-« Le commerce du sexe », de Eve Lamont, 2015, 76′, Québec, séance en partenariat avec le Mouvement du Nid Val-de-Marne

Depuis une trentaine d’années et avec l’essor d’Internet, le commerce du sexe s’est développé à l’échelle planétaire jusqu’à devenir aujourd’hui une véritable industrie. Prostitution de luxe ou de rue, agences d’escortes, salons de massages, industrie de la pornographie… À qui profite réellement ce commerce qui transforme les femmes en marchandises ? Par la réalisatrice de L’imposture.

18h30 «  Vive le féminisme  » Carte blanche au festival de films de femmes de Bruxelles

« Elles tournent » Séance de courts-métrages Avec Marie Vermeiren

21h00

-« La révolution des femmes,

un siècle de féminisme arabe »,

de Feriel Ben Mahmoud, 2014, 52′, France

De Beyrouth à Casablanca, en passant par Riyad, Le Caire, Tunis, et Alger, l’histoire des luttes des femmes, commencée il y a plus d’un siècle. A travers des témoignages de militantes de la première heure, d’artistes engagées, de jeunes féministes d’aujourd’hui, mêlant images d’archives inédites et interviews, ce film retrace les grandes étapes d’une histoire encore largement méconnue.

-« Pionnières »,

de Vanessa Rousselot

2013, 43′, France

En juillet 2012, la Libye vit ses premières élections démocratiques nationales, après 42 ans passés sous la dictature de Kadhafi, 6 mois de guerre civile et plus de 20 000 morts. Pour la première fois, les femmes peuvent se présenter aux élections. Elles sont 625 à tenter leur chance. « Pionnières » donne à voir le combat de deux de ces femmes, dans ce moment historique.

Dimanche

14h00

Capture d’écran 2015-07-09 à 11.07.54-« A tambours battants », de Marie-Noëlle Dumay et Caroline Behague, 2015, 52’, France

L’histoire de la machine à laver et de l’entretien du linge. Archives publicitaires, témoignages et analyses, montrent comment les femmes ont pu s’émanciper des lessiveuses, sans se libérer de la responsabilité de la propreté du linge.

1560759_814407291937909_4509893411093302904_n-« Take The Boat », de Camille Hamet et Séréna Robin, 2015, 52′, France

En Irlande, les femmes qui « prennent le bateau » sont celles qui sont contraintes d’aller avorter en Angleterre, l’avortement étant interdit dans la République irlandaise. Témoignages et historique des avancées -timides- de la lutte des femmes pour le droit à l’avortement.

16h00

-« Patriarcat », chanson de Brigitte Fontaine.

-« Daddy », de Niki de Saint-Phalle et Peter Whitehead, 1973, 83′

Niki de Saint-Phalle disait : «  j’ai eu la chance de rencontrer l’art parce que j’avais, sur un plan psychique, tout pour devenir une terroriste. Au lieu de cela j’ai utilisé le fusil pour une bonne cause, celle de l’art ». Dans Daddyfilm expérimental, elle explore le souvenir du démon qui a détruit son enfance, son père. Une œuvre exceptionnelle. En présence de Catherine Gonnard, qui a écrit sur Niki de Saint Phalle et la télévision pour le catalogue de l’exposition au Grand Palais à Paris.

18h30

-« J’aime les filles » (voir samedi 14h00)

-« Concours à quatre », 3’24

Compétition musicale, par Salut Salon, quatuor de musiciennes allemandes  et humoristes. 

Capture d’écran 2015-07-08 à 13.36.55

-« Les optimistes », de Gunhild Westhagen Magnor, 2013, 95′

« Les optimistes », c’est le nom d’une équipe féminine de volley-ball norvégienne un peu particulière…En effet, les joueuses ont de 66 à 98 ans, et vont affronter une équipe d’hommes suédois. Si elles sont âgées, elles ont de l’énergie et de la bonne humeur collective et communicative, qui donne envie de (bien) vieillir !

21h00 Concert avec OZe’N et Ophélie !

Avec toujours, la cafétéria Kali Power, et la librairie VIolette and CO !

Et voici la grille : Capture d’écran 2015-07-08 à 13.27.13