Archives du mot-clé prostitution

Femmes en résistance à l’uniformité : le programme !

Pour sa 13e édition, votre festival féministe de documentaires se déroulera les 26 et 27 septembre 2015 à l’espace municipal Jean Vilar d’Arcueil. Cette année, nous avons choisi de résister à l’uniformité, idéologique ou formelle qu’on voudrait nous imposer. Nous avons donc résolument choisi d’explorer la diversité  des sujets qui nous concernent, et des formes d’expression des femmes, du « tract » activiste » militant à l’oeuvre expérimentale, en passant par le documentaire plus classique. Capture d’écran 2015-07-09 à 11.03.27Voici le programme.

Samedi

13h00 Accueil

13h45

-« J’aime les filles », de Flow Jackson, 2015, 3′, France, parodie d’une chanson célèbre

Prix Femmes en résistance dans le cadre du concours « buzzons contre le sexisme », 3′, France

-« Les rois reinesdu café 

93300 Aubervilliers »

avec le collectif « Place aux femmes » d’Aubervilliers,

video de Marc Dubois, 2015, 8’56, France

C’est à Aubervilliers, en Seine Saint Denis, qu’est inaugurée la première Place des Femmes en France. L’occasion de rencontrer le collectif Place aux femmes qui lutte pour une réelle mixité sexuelle dans l’espace public. Comment ? En investissant les bistrots de la ville ! Cette vidéo préfigure un futur long métrage.

-« Vessel », de Diana Whitten, Etats-Unis

2015, 87′ Rebecca Gomperts, médecin, militante et fondatrice de « Women on Waves », a eu l’idée d’affréter un bateau battant pavillon hollandais pour permettre à des femmes vivant dans des pays où l’avortement est illégal d’avoir accès dans les eaux internationales, aux médicaments abortifs. Un combat fondamental, original et courageux qui ne va pas sans résistances…

16h30

-« Rape : It’s your fault », 2015, 3′, Kalki Koechlin et VJ Juhi Pandey, All India Backshod, Inde

Le viol, à qui la faute ?

-« Dekh Le », Whistling Woods International Institute For Films, Media, Animation And Media Arts (Organization), 2013, 1’30, Inde

Campagne officielle en Inde pour la lutte contre le harcèlement de rue.

-« Uteros ilegales »,

Mujeres Creando, 2014, 20′, Bolivie

Nouvelle action de rue:performance du collectif bolivien « Mujeres Creando ».

-« Le commerce du sexe », de Eve Lamont, 2015, 76′, Québec, séance en partenariat avec le Mouvement du Nid Val-de-Marne

Depuis une trentaine d’années et avec l’essor d’Internet, le commerce du sexe s’est développé à l’échelle planétaire jusqu’à devenir aujourd’hui une véritable industrie. Prostitution de luxe ou de rue, agences d’escortes, salons de massages, industrie de la pornographie… À qui profite réellement ce commerce qui transforme les femmes en marchandises ? Par la réalisatrice de L’imposture.

18h30 «  Vive le féminisme  » Carte blanche au festival de films de femmes de Bruxelles

« Elles tournent » Séance de courts-métrages Avec Marie Vermeiren

21h00

-« La révolution des femmes,

un siècle de féminisme arabe »,

de Feriel Ben Mahmoud, 2014, 52′, France

De Beyrouth à Casablanca, en passant par Riyad, Le Caire, Tunis, et Alger, l’histoire des luttes des femmes, commencée il y a plus d’un siècle. A travers des témoignages de militantes de la première heure, d’artistes engagées, de jeunes féministes d’aujourd’hui, mêlant images d’archives inédites et interviews, ce film retrace les grandes étapes d’une histoire encore largement méconnue.

-« Pionnières »,

de Vanessa Rousselot

2013, 43′, France

En juillet 2012, la Libye vit ses premières élections démocratiques nationales, après 42 ans passés sous la dictature de Kadhafi, 6 mois de guerre civile et plus de 20 000 morts. Pour la première fois, les femmes peuvent se présenter aux élections. Elles sont 625 à tenter leur chance. « Pionnières » donne à voir le combat de deux de ces femmes, dans ce moment historique.

Dimanche

14h00

Capture d’écran 2015-07-09 à 11.07.54-« A tambours battants », de Marie-Noëlle Dumay et Caroline Behague, 2015, 52’, France

L’histoire de la machine à laver et de l’entretien du linge. Archives publicitaires, témoignages et analyses, montrent comment les femmes ont pu s’émanciper des lessiveuses, sans se libérer de la responsabilité de la propreté du linge.

1560759_814407291937909_4509893411093302904_n-« Take The Boat », de Camille Hamet et Séréna Robin, 2015, 52′, France

En Irlande, les femmes qui « prennent le bateau » sont celles qui sont contraintes d’aller avorter en Angleterre, l’avortement étant interdit dans la République irlandaise. Témoignages et historique des avancées -timides- de la lutte des femmes pour le droit à l’avortement.

16h00

-« Patriarcat », chanson de Brigitte Fontaine.

-« Daddy », de Niki de Saint-Phalle et Peter Whitehead, 1973, 83′

Niki de Saint-Phalle disait : «  j’ai eu la chance de rencontrer l’art parce que j’avais, sur un plan psychique, tout pour devenir une terroriste. Au lieu de cela j’ai utilisé le fusil pour une bonne cause, celle de l’art ». Dans Daddyfilm expérimental, elle explore le souvenir du démon qui a détruit son enfance, son père. Une œuvre exceptionnelle. En présence de Catherine Gonnard, qui a écrit sur Niki de Saint Phalle et la télévision pour le catalogue de l’exposition au Grand Palais à Paris.

18h30

-« J’aime les filles » (voir samedi 14h00)

-« Concours à quatre », 3’24

Compétition musicale, par Salut Salon, quatuor de musiciennes allemandes  et humoristes. 

Capture d’écran 2015-07-08 à 13.36.55

-« Les optimistes », de Gunhild Westhagen Magnor, 2013, 95′

« Les optimistes », c’est le nom d’une équipe féminine de volley-ball norvégienne un peu particulière…En effet, les joueuses ont de 66 à 98 ans, et vont affronter une équipe d’hommes suédois. Si elles sont âgées, elles ont de l’énergie et de la bonne humeur collective et communicative, qui donne envie de (bien) vieillir !

21h00 Concert avec OZe’N et Ophélie !

Avec toujours, la cafétéria Kali Power, et la librairie VIolette and CO !

Et voici la grille : Capture d’écran 2015-07-08 à 13.27.13

CP Le festival approche : avec nous, venez résister à l’obscurantisme !

La onzième édition du festival « Femmes en résistance » les 28 et 29 septembre à Arcueil, c’est le week-end prochain !

Cette année, nous résistons à l’obscurantisme sous forme de 8 commandements féministes.
De « tu ne seras la côte de personne à « Tu chanteras ta liberté » en passant par « Tu ne seras ni achetée, ni vendue, ni violée »,
le festival proposera, en présence de plusieurs réalisatrices, de nombreux documentaires féministes souvent inédits en France.

Going up The Stairs

Ainsi, « Going up the stairs de l’Iranienne Roksareh Ghaem Maghami qui nous montre comment cette dame de 50 ans, mariée à 9 ans, , trouve enfin un moyen de s’épanouir et ne plus être tout à fait la « côte » de son mari, par la découverte de la peinture.
Ou encore « Grrrl Love and Revolution », de Abby Moser qui revient, avec des témoignages de l’époque, sur l’émergence des « Riot Girrls », groupes punk rock féministe, mais également mouvement de société et de lutte contre les violences masculines, et comment elles ont du résister à être happées par les médias et maisons de disque.

Le 28 septembre journée internationale pour la dépénalisation de l’Avortement nous discuterons autour du droit à l’avortement en France et aux états unis avec Arlette Zilberg pour sa participation au Collectif Tenon et Stacey Benoit réalisatrice de « Une question de choix »,  un regard sur les escortes de bénévoles qui défendent les femmes désirant avorter et le personnel médical des cliniques attaqué par les fous de Dieu : un petit aperçu des États-Unis dans le Wisconsin.
Nous verrons aussi « No Burqas behind bars », ou comment des femmes afghanes condamnées pour des crimes moraux vivent à l’intérieur d’une prison.
Le dimanche 29 septembre nous discuterons autour de la question de la marchandisation des femmes, de la prostitution, de la maternité de substitution (appelée aussi GPA) et de l’adoption, dans une séance intitulée « tu ne seras ni achetée, ni vendue, ni violée ».
Avec des témoignages de survivantes de la prostitution, avec la CLF, Coordination Lesbienne en France qui parlera de la maternité de substitution en France après la projection d’un film sur le business des mères porteuses en Inde « Mother Anonymous » et avec la réalisatrice Sabreen Bint Loula sur l’adoption, qui signe un portrait poignant et politique (cf photo film ci dessous- sabreenbintloula@gmail.com) : « Celle qui meurt ».
Capture d’écran 2013-09-23 à 17.45.15
Toujours le dimanche Noémi Aubry, une des réalisatrices de Dix Cauris nous présentera son documentaire qui décrypte la lutte contre l’excision au Mali. Nous ferons ensuite un point sur la France.
Enfin, en partenariat avec Teledebout, webtv féministe, nous projetterons les deux films primés par le festival au deuxième concours « buzzons contre le sexisme » et présenterons sa 3e édition.

Grrrl Love & Revolution, Abby Moser, dimanche 29 à 18h30

Nous n’oublions pas nos Utopies avec « la Radio des bonnes nouvelles » une création théâtrale de Gerty Dambury  à ne pas manquer ! La radio des bonnes nouvelles annonce que le monde a changé les femmes sont désormais libres et traités à l’égal des hommes.
Pendant deux jours, il y a aura aussi sur place la librairie féministe « Violette and Co » avec des dédicaces (Delphine Beauvois pour « Nous ne sommes pas des poupées » et Muriel Salmona pour « Le livre noir des violences sexuelles »),
et toujours, la cantine « Kali Power ». Car pour résister à l’obscurantisme, il faut des nourritures intellectuelles, mais aussi terrestres !

CP : Vivement le dépôt de proposition de loi abolitionniste qui pénalise le client prostitueur !

Ce mardi, les députées Maud Olivier et Catherine Coutelle ont présenté au groupe parlementaire PS le rapport sur la proposition de loi pour l’abolition du système prostitueur. Si cette proposition de loi est retenue, elle sera déposé à l’Assemblée Nationale et les débats pourront commencer.
Femmes en résistance encourage les parlementaires à soutenir cette proposition de loi historique et attend avec une vive impatience son dépôt effectif.
 
La position abolitionniste de la France a été réaffirmée à l’Assemblée Nationale en 2011, ancrant définitivement la prostitution dans le champ des violences faites aux femmes. Pourtant si le viol et le harcèlement sexuel sont pénalisés, imposer un rapport sexuel par l’argent reste impuni. A l’inverse, ce sont les personnes prostituées qui sont aujourd’hui encore pénalisées.
Une loi qui inclurait l’interdiction d’achat d’acte sexuel, l’abrogation du délit de racolage et des mesures d’aide à la sortie de la prostitution  positionnerait la France enfin clairement du côté des personnes prostituées.
En faisant voter cette loi, la France pourrait se poser en précurseure de droits des femmes et humains.

Femmes en résistance, festival féministe de documentaires, est profondément abolitionniste.

Nous insistons sur le fait que la future  proposition de loi devra inclure

·        La protection des personnes prostituées :
o   Suppression de toute forme de répression à leur encontre,
o   Mise en place d’un plan national d’envergure d’alternatives à la prostitution avec des moyens conséquents,
o   Régularisation immédiate de toutes les personnes victimes de la prostitution
·        La fin de l’impunité des clients prostitueurs :
o   L’interdiction de l’achat d’un acte sexuel dans le code pénal
o   Le renforcement de moyens visant à la prévention et à l’éducation à l’égalité

Le renforcement des moyens effectifs de lutte contre toutes les formes de proxénétisme et l’accès à une réparation intégrale du préjudice subi par ses victimes.

« L’imposture », à voir de tout urgence (et le mot de la réalisatrice)

Voila, le film « L’imposture » est passé à Femmes en résistance en première européenne samedi soir. Environ 80 personnes ont fini la journée sous le choc de ce film-monument, qui est exactement le film qu’il fallait pour contrer les arguments de l’industrie du sexe. Eve Lamont, la réalisatrice québecoise, a su reprendre point par point ce que lesdits « pro-sexe » veulent montrer comme un choix, et démonter par des témoignages exceptionnels, tout le système prostitueur. C’est ce qu’elle explique dans « le mot de la réalisatrice », ci-dessous. J’espère vraiment qu’il sera bientôt diffusé dans des réseaux en France, c’est envisagé. Et peut-être un jour à la télévision ? Je vous tiendrai au courant. Pour contacter la production (Rapide-blanc distribution), vous pouvez m’envoyer un mail à femmesenresistance@gmail.com. Et merci encore au mouvement du Nid, à l’Amicale du Nid et à Muriel Salmona, d’être venus découvrir le film et être intervenues à la fin.

« L’imposture », d’Eve Lamont, première en Europe, et séance avec le Mouvement du Nid

« Abolir le système prostitueur », c’est le nom de la séance du samedi soir pour la 9ème édition du festival Femmes en résistance…pas étonnant donc, que le mouvement du Nid ait souhaité être présent et c’est avec plaisir que nous l’accueillerons à Arcueil pour répondre à des questions à l’issue de la projection du dernier film d’Eve Lamont dont ce sera la première diffusion européenne. Un film militant fait de témoignages de femmes sorties ou encore sous l’emprise du système prostitueur.  Aux côtés du Mouvement du Nid, nous aurons également le plaisir de recevoir Muriel Salmona, présidente de l’association Mémoire traumatique et victimologie. Alors n’oubliez pas, et transmettez l’info, L’imposture à Femmes en résistance c’est le samedi 1er octobre à 21h00 à l’espace municipal Jean Vilar à Arcueil !

Et retrouvez le programme complet iciou en pdf ici