Archives du mot-clé resistance

Femmes en résistance à l’oubli : découvrez le programme ! (29 et 30 septembre à Arcueil)

 

FER2018-couvphoto

©Archives Ringart

Résister à l’oubli dans lequel l’histoire, la vie, les réalisations des femmes sont maintenues. C’est la colonne vertébrale de cette programmation de films documentaires puissants et passionnants qui donnent à voir, à entendre la vie des femmes, dans leur diversité. Parce qu’ils font revivre, survivre les femmes que le patriarcat tente d’effacer avec une trop parfaite régularité. Parce qu’ ils nous montrent leurs victoires, individuelles et collectives. Parce qu’enfin ils nous font exister, tout simplement.

SAMEDI 29 SEPTEMBRE

13H00 : ouverture

13h15 : Rendre visibles

Google Backed, d’Alix Diaconis, 2017, 3’, Etats-Unis

Un nouvel outil pour connaître le temps de parole accordé aux personnages féminins au cinéma.

Women Who Score, Sara Nesson, 2017, 12′ , Etats-Unis

Les compositrices de musiques de film aux Etats-Unis sont peu nombreuses et peu visibles mais raflent de nombreux prix et organisent leur solidarité.

Reel Women Seen, d’Amanda Tapping, 2017, 8′, Canada

A travers une parodie de séries télé, la situation actuelle des femmes dans le cinéma.

GFGC-PostcardGirl from God’s Country : The History of Women in Film and Other War Stories

de Karen Day, 2016, 66′, Etats-Unis

L’histoire de Nell Shipman, actrice, scénariste, productrice et réalisatrice, née le 25 octobre 1892 au Canada. Le film sort de l’oubli cette cinéaste qui met en scène des personnages de femmes audacieuses et fortes et qui est aussi pionnière des tournages de films d’aventures dans la nature.

15h45 : Faire Revivre

Enterrar y Callar, de Anna Lopez Luna, 2014, 82′, Espagne

Des centaines de milliers de bébés espagnols ont été enlevés durant plusieurs décennies. Ce trafic a commencé sous le régime franquiste et a perduré jusqu’à la fin des années 80. Le film nous montre l’organisation de ces crimes qui ne sont, aujourd’hui encore, pas jugés.

FER-enterrarycallar1

18h00 : Entendre

FER2018-ZolanVibrancy of Silence, A Converstation with my Sisters, de Marthe Djillo Kamga, 2018, 95, Belgique/France/Cameroun

Cinq femmes d’origine camerounaise se racontent et partagent leur vision du monde à travers leurs conversations croisées, intimistes, et livrent leurs réflexions sur l’exil et la transmission de leur identité et de leur histoire.

20h45 : Reconnaître

Je suis un combat ordinaire, de Pauline Christophe, 2018, 2′, France

Contre la violence conjugale : quand la sororité fait la différence

Diadème, martinet et sentiments, de Natacha Hubaut, 2017, 16′, Belgique

Questions et réponses sur l’amour et la sexualité

FER2018-LunadigasLunadigas, de Nicoletta Nesler et Marilisa Piga, 2016, 77′, Italie
Tourné en Italie, Lunadigas raconte l’histoire de plusieurs femmes. Qu’elles soient célibataires ou en couple, nées avant, pendant, après la guerre, trentenaires ou même plus jeunes elles partagent toutes la même détermination : ne pas avoir d’enfant.

 

 

DIMANCHE 30 SEPTEMBRE

13h30 : Revendiquer

Séance en partenariat avec le Mouvement du Nid 94

Kate Millett parle aux féministes françaises , collectif Videa, 1975, 20′, France

Conversation entre Kate Millett, Monique Wittig et Christine Delphy autour de « la fronde » des prostituées de Lyon en 1975

Hooligan Sparrow, de Nanfu Wang, 2016, 84′, Chine/États-Unis

Surveillance de l’état, harcèlement, emprisonnement, « Hooligan Sparrow » sait ce qu’elle encourt en venant protester avec d’autres dans la Province de Hainan contre un crime sexuel scandaleux. Accompagnant cette activiste féministe dans son combat la réalisatrice devient elle aussi une cible du gouvernement.

FER2018-Hooligansparrow

15h45 : Survivre

Sous les planches l’herbe est plus verte, de Karin Berger, 2005, 52′, Autriche

Ce film nous permet de découvrir l’extraordinaire Ceija Stojka, artiste, femme autrichienne rom et survivante d’Auschwitz, Ravensbrück et Bergen-Belsen. Son témoignage de fillette de 11 ans à Bergen-Belsen est unique, tout comme son œuvre picturale. FER2018-ceijastojka

In Loving Memories, d’Audrey Rousseau, 2017 38′, Irlande/Canada

Le travail de recherche et de mémoire sur le sort des jeunes femmes enceintes hors mariage et sur ce qu’il est advenu de leurs enfants dans les buanderies Madeleine se poursuit en Irlande, et montre la responsabilité de l’Eglise dans les féminicides et infanticides de l’époque. Qui pousse aujourd’hui les Irlandaises à se lever contre l’obscurantisme.

FER2018-InLovingMemories

17h45 : Exister
FER2018-PoupéesnoiresPoupées noires, de Nora Philippe, 2017, 30′, France

A l’occasion de l’exposition « Black Dolls », qui a eu lieu en 2018 à La Maison rouge, présentant 200 poupées de la collection Deborah Neff, Nora Philippe, commissaire de l’exposition, a tourné ce film sur la condition des femmes noires aux Etats-Unis.

 

Guerrières de la paix, de Hanna Assouline et Jessica Bertaux, 2018, 55′, France

Depuis quatre ans des femmes palestiniennes et israéliennes ont décidé de s’unir contre la guerre. Elles ont créé ensemble un mouvement informel, Women Wage Peace et sont aujourd’hui plusieurs dizaines de milliers, de tous horizons politiques et de toutes origines.

FER2018-Guerrières

20h15 Vaincre en dansant

Prix femmes en résistance au concours Buzzons contre le sexisme 2018 (trois prix ex-aequo)

Tom, un garçon comme les autres, enfin presque… , 2’24, Collège Anatole France-Limoges

Girl Power, 4’43, lycée Touchard-Le Mans

Je ne pense pas donc je suis sexiste, 4’44, Ecole de la 2eme chance-Sevran

Martha et Niki, de Tora Mkandawire Martens, 2015, 92′, Suède

FER2018-marta&niki

Martha et Niki s’expriment en dansant. Le hip hop les rapproche, elles forment un duo gagnant plein d’énergie. Mais leurs histoires personnelles diffèrent et chacune devra trouver sa propre voie.

Espace municipal Jean Vilar d’Arcueil, 1, rue Paul Signac. RER B Arcueil Cachan ou Laplace

Librairie Violette and Co

Cantine solidaire

Partenaires : Elles tournent, Mairie d’Arcueil, Mouvement du Nid Val-de-Marne, Violette and co

Publicités

AppelafilmFER18.jpg

Résistance à la modestie : une belle réussite, Merci !

Le week-end est passé trop vite. Samedi 30 septembre et Dimanche 1er octobre à Arcueil, cette 15e édition de notre festival féministe de documentaires a été une formidable réussite.

 

Affluence (plus de 570 entrées en deux jours), ambiance, chaleureuse et détendue, appréciation des films lors des 8 séances, et une soirée du samedi particulièrement émouvante, avec la projection de « Renaître de ses cendres » de Chahal Chafiq, qui était présente et de « Et si le ciel était vide », de Thissa d’Avila Bensalah, qui était également présente. Deux films très forts et deux femmes exceptionnelles qui nous ont offert une réflexion sur l’exil et l’humanité, et leur lumière intérieure. Merci à elles d’avoir été là. Merci à Georges, personnage du film de Thissa, d’avoir également partagé son regard avec nous.

Merci également aux autres réalisatrices présentes, Charlotte Forsgaerd (Period Stories) et Ilse Tempelaar (J’ai dit oui aux monologues du vagin), dont les films ont été très appréciés ! Merci aux Libres terriennes d’être venues présenter leur diaporama et leur travail.

Merci à toutes les réalisatrices qui nous ont permis de faire une programmation de cette qualité, même si elles ne pouvaient pas toutes être là.

Merci à toute l’équipe du cinéma Jean Vilar, Antoine Blin à la projection, Habib Fadlaoui à l’accueil et à la réservation des films, et Dominique Moussard le directeur de la salle, celui qui, par ce très beau partenariat, a assuré la continuité de notre festival depuis 15 ans !

Merci à la ville d’Arcueil, à la Graphisterie qui a réalisé le programme,

Merci à Alice Yonnet-Droux et Valérie Dupouy d’avoir assuré tout le week-end le service au bar. Merci à Vina et Robin Ancharuz d’avoir assuré la cafétéria de qualité cette année encore.

Et bien sûr un grand merci au public, à nos amies présentes, qui nous motivent par leur assiduité et leur bienveillance, pour renouveler ce petit exploit annuel de l’organisation du festival.

Nadja et Sandrine

PS : Si vous étiez là, n’hésitez pas à nous mettre un mot en commentaire !

 

Femmes en résistance à la modestie, la plaquette est sortie !

Vous avez déjà pu découvrir le programme cet été, voici la version imprimable et papier…que vous pourrez trouver sur place lors du festival les 30 septembre et 1er octobre, ainsi qu’à la librairie Violette and co ou à la Maison des femmes et autres lieux indispensables.JV-Femmes-en-résistance-2017-2

Voici le programme en pdf, donc, et en photo : JV FER 01-08 

N’HÉSITEZ PAS A PARTAGER AUTOUR DE VOUS !

Capture d_écran 2017-08-28 à 08.59.22

30/09-01/10 ! Retenez les dates du 15e festival !

Et si vous avez des films, des idées, à nous soumettre, il vous suffit de nous écrire à femmesenresistance@gmail.com !

Capture d_écran 2017-01-28 à 15.18.22

Femmes en résistance à l’image ! Découvrez le programme

Voici le programme de notre 14e édition qui se déroulera les 24 et 25 septembre à l’espace municipal Jean Vilar d’Arcueil (grille synthétique en bas de page)

joyeuse photographe

©archives Ringart

Pour sa 14e édition, Femmes en résistance a décidé d’explorer comment, en images et à l’image, les femmes résistent aux clichés et aux rôles stéréotypés dans lesquels on les enferme.

Elles sont, partout et toujours, bien décidées à montrer qu’elles peuvent tout faire, qu’elles sont créatrices, qu’elles ont des voix à faire entendre et des images à montrer.

Elles parlent d’elles, de la planète, et leur message est universel.

Il est temps qu’on les regarde, et qu’on les écoute !

 

SAMEDI 24 SEPTEMBRE

13h Ouverture

13h15 DAGUERREOTYPEUSES

Objectif femmes

objectif_femmesDe Manuelle Blanc et Julie Martinovic, 2015, 52’, France

De nombreuses femmes se sont intéressées à la photographie dès son apparition, la plupart d’entre elles restent aujourd’hui encore inconnues du public. Ce film prolonge l’exposition « Qui a peur des femmes photographes » qui s’est tenue à Paris à l’automne 2015. Il réécrit l’histoire de la photographie à travers la reconnaissance de femmes, trop souvent mises de côté.

Ni vues ni connues, comment les femmes font carrière (ou pas) dans la photographie

De Marie Docher, 2015, 29′, France

Alors que la place des femmes dans l’histoire de la photographie commence à peine à être reconnue, Marie Docher s’est demandé si aujourd’hui la situation avait changé pour les photographes contemporaines et a réalisé des interviews avec plusieurs d’entre elles, pour une ébauche de réponse…

Le principe de la Schtroumpfette

De Anita Sarkeesian, 2012, 6′

Pourquoi une seule Schtroumpfette dans le village des Schtroumpfs ?

15h30 GUERILLÈRES

Femmes photographes de guerre

De Sigrid Fatin, 2016, 52’, Allemagne

photographe

Portraits entrecroisés de plusieurs femmes photographes qui ont choisi le reportage de guerre : de la viennoise Alice Schalek, qui a couvert la Première Guerre mondiale, à la jeune française Camille Lepage, tuée en 2014, en passant par Lee Miller, Gerda Taro et Christine Spengler.

Kurdistan, la guerre des filles

De Mylène Sauloy, 2015, 53′, France

La lutte des unités de femmes kurdes, de Sakineh à la lutte contre Daech. Leur lutte armée contre les violences politiques est aussi une lutte féministe contre le patriarcat, pour ces femmes formées au féminisme, et qui l’affirment : elles ne cesseront leur combat que lorsque toutes les femmes du monde seront libres.

18h15 METTEUSES EN SCENE

Whistling at your mum

Clip TV péruvient, 3’18

Rap against Rape

De BomBaebs, 3’08, Inde

Profession documentariste

profession-documentariste

les réalisatrices au festival « elles tournent » (Bruxelles)

De Shirin Barghnavard, Firouzeh Khosrovani, Farahnaz Sharifi, Mina Keshavarz, Sepideh Abtahi, Sahar Salahshoor et Nahid Rezaei, 2013, 80’ Iran

Sept réalisatrices qui toutes vivent actuellement en Iran, se demandent ce que signifie être femme et cinéaste indépendante dans leur pays. Chacune choisit une façon de raconter, chacune brosse à sa manière un portrait de l’Iran dans lequel s’imbriquent leur histoire privée, celle de leur génération et les soubresauts politiques de leur pays.

 

20H45 RESISTANTES

Le clitoris

De Lori Malépart-Traversy, 2016, 3′, France

photo_une_chambre_ok_mediumUne chambre à elle

De Anne Lenfant, 2005, 22′, France

Entretiens avec Benoîte Groult

 

Las Damas Azules

De Bérengère Sarrazin, 2015, 63’, Espagne

2012. Face au grand projet minier CONGA, au cœur de la région de Cajamarca au Pérou, naît un mouvement de résistance où les femmes ont pris une place centrale. Elles sont sorties dans la rue et se battent pour préserver l’eau et la terre. Plusieurs années plus tard, elles refusent de se résigner et nous racontent comment cette lutte les a transformées.

163417-04-08_santa_fe_las_damas_azules_1170

DIMANCHE 25 SEPTEMBRE

13H30 ARTISTES

lina-mangiacapreLina Mangiacapre, artista del femminismo

De Nadia Pizzuti, 2015, 42’, Italie

Lina Mangiacapre, protagoniste active et originale du féminisme italien (1946-2002) a laissé une vaste production dans divers domaines artistiques. Elle fréquentait assidûment les festivals de films de femmes en France et il était impossible de ne pas remarquer son allure libre et fière et ses lunettes en forme de papillon. A travers son portrait c’est aussi celui des années d’émergence du féminisme napolitain qui est dessiné.

 

 

Chantal Akerman filme Sonia Wieder-Atherton 3′ 

Danse traditionnelle 3′

« I don’t belong anywhere » – Le cinéma de Chantal Akerman

De Marianne Lambert, 2015, 67′, Belgique

Portrait de Chantal Akerman, disparue en octobre 2015, au travers d’entretiens, d’extraits de films, qui interrogent son rapport unique à l’image. ainsi que son rapport à sa mère juste disparue, à qui elle a consacré son dernier film, « No Home Movie ».

i-done28099t-belong-anywhere

 

16H15 BATTANTES


Solar mamas

solar-mamas-update-largede Mona Eldaief et Jehane Noujaim, 2012, 58’ Etats-Unis

Aux portes du désert, dans un petit village jordanien, une association indienne propose à une femme bédouine -parmi d’autres femmes illettrées venues de divers pays, de quitter sa famille pour aller suivre une formation de 6 mois qui lui permettra de devenir ingénieure en énergie solaire et d’amener l’électricité à son village. Son combat pour réussir, malgré les embûches que le patriarcat, son mari et sa famille sèment sur son chemin.

f0f5cd10dad26e3e0218a1c550bfe9e2967b4f00Les vies dansent

De Fanny Pernoud et Olivier Bonnet, 2016, 59′ France

À 18 ans, Sandra glisse sous le RER et perd sa jambe droite. Le film suit sa reconstruction sur plusieurs années, au fil de rencontres avec d’autres jeunes femmes amputées comme elles. Portraits de femmes qui toutes, ont une combattivité et une énergie communicatives.

 

 

19H15 PUISSANTES

9e6c0-buzzer

Expérience fille ou garçons peu importe 4’48 (mouvement d’éducation populaire dans le Nord) 

Prix Femmes en résistance au concours Buzzons contre le sexisme de Télédebout

Clichés vs réalité, 2’58, lycée Vauban, Brest 

Prix Femmes en résistance au concours Buzzons contre le sexisme de Télédebout

Cerveaux mouillés d’orages

De Karine Lhémon, 2015, 75′, France

Portrait de Laurence et Hélène, couple de lesbiennes en situation de handicap. Karine Lhémon nous montre leur vie quotidienne, leur amour, leur combattivité et leur joie de vivre dans un monde hétérosocial et pensé pour des valides.

helene-et-laurence-cerveaux-mouilles-e1435051222926

21h15

CONCERT NINA BLUE : en duo, Nabila Mekkid (voix, guitare) et Julien Roussel (violoncelle)

La grille du programme :

Capture-d’écran-2016-07-22-à-17.18.59

 

Appel à films 14e édition

 

Capture d’écran 2016-03-06 à 12.54.29