Archives mensuelles : septembre 2013

Résistons à l’obscurantisme le ventre plein avec Kali Power !

kaliOui, si vous êtes déjà venuEs, vous connaissez notre philosophie. La résistance, ça passe par les nourritures intellectuelles, débats, films, mais aussi par les nourritures terrestres ! Et nous avons dans l’équipe une militante féministe, qui, en plus d’être animatrice de débat, chercheuse de pépites -et sujet- de film, qui est une cuisinière hors-pair, et capable de le faire pour nous tout un week-end.
Cette année, nous résisterons encore à l’obscurantisme le ventre plein, grâce à Moruni et sa cantine Kali Power !

Elle sera accompagnée sur place par deux autres militantes féministes et copines de choc, Héléna et Vanessa, qu’on remercie vivement.

Voici le menu qu’elle nous a concocté. On sent que vous allez arriver tôt cette année !

KALI POWER vous propose au menu (avec des prix modérés) :

SAMEDI
En guise de bienvenue –
Collation Brochettes légumes confits

Poulet tikka accompagné de chutney à la menthe.

Financiers aux amandes/Caramel maison au sésame/Dattes pâte d’amande pour les douceurs

A l’heure du goûter
Pour les becs sucrés : Brownie, sablés, tartelettes aux noix
Pour les autres (mais on peut goûter les 2!) : Muffins épinards – cake aux olives conté accompagné de salade de papaye verte, d’une salade de lentilles du Puy et d’une salade italienne

A l’heure du diner :

Nasi Goreng – riz sauté aux légumes

DIMANCHE
Au déjeuner : Menu Indian street food Barotha, poulet tandorri – écrasée de pommes de terre

A l’apéritif :
Samoussas légumes, boreck et verrines chic
Cocktail Rhum aux milles saveurs
Au Dîner :
Assiette falafel
Gâteau d’anniversaire : il n’y a pas de dieu en cuisine, que des Déesses : le gâteau aux mille crêpes
Publicités

CP Le festival approche : avec nous, venez résister à l’obscurantisme !

La onzième édition du festival « Femmes en résistance » les 28 et 29 septembre à Arcueil, c’est le week-end prochain !

Cette année, nous résistons à l’obscurantisme sous forme de 8 commandements féministes.
De « tu ne seras la côte de personne à « Tu chanteras ta liberté » en passant par « Tu ne seras ni achetée, ni vendue, ni violée »,
le festival proposera, en présence de plusieurs réalisatrices, de nombreux documentaires féministes souvent inédits en France.

Going up The Stairs

Ainsi, « Going up the stairs de l’Iranienne Roksareh Ghaem Maghami qui nous montre comment cette dame de 50 ans, mariée à 9 ans, , trouve enfin un moyen de s’épanouir et ne plus être tout à fait la « côte » de son mari, par la découverte de la peinture.
Ou encore « Grrrl Love and Revolution », de Abby Moser qui revient, avec des témoignages de l’époque, sur l’émergence des « Riot Girrls », groupes punk rock féministe, mais également mouvement de société et de lutte contre les violences masculines, et comment elles ont du résister à être happées par les médias et maisons de disque.

Le 28 septembre journée internationale pour la dépénalisation de l’Avortement nous discuterons autour du droit à l’avortement en France et aux états unis avec Arlette Zilberg pour sa participation au Collectif Tenon et Stacey Benoit réalisatrice de « Une question de choix »,  un regard sur les escortes de bénévoles qui défendent les femmes désirant avorter et le personnel médical des cliniques attaqué par les fous de Dieu : un petit aperçu des États-Unis dans le Wisconsin.
Nous verrons aussi « No Burqas behind bars », ou comment des femmes afghanes condamnées pour des crimes moraux vivent à l’intérieur d’une prison.
Le dimanche 29 septembre nous discuterons autour de la question de la marchandisation des femmes, de la prostitution, de la maternité de substitution (appelée aussi GPA) et de l’adoption, dans une séance intitulée « tu ne seras ni achetée, ni vendue, ni violée ».
Avec des témoignages de survivantes de la prostitution, avec la CLF, Coordination Lesbienne en France qui parlera de la maternité de substitution en France après la projection d’un film sur le business des mères porteuses en Inde « Mother Anonymous » et avec la réalisatrice Sabreen Bint Loula sur l’adoption, qui signe un portrait poignant et politique (cf photo film ci dessous- sabreenbintloula@gmail.com) : « Celle qui meurt ».
Capture d’écran 2013-09-23 à 17.45.15
Toujours le dimanche Noémi Aubry, une des réalisatrices de Dix Cauris nous présentera son documentaire qui décrypte la lutte contre l’excision au Mali. Nous ferons ensuite un point sur la France.
Enfin, en partenariat avec Teledebout, webtv féministe, nous projetterons les deux films primés par le festival au deuxième concours « buzzons contre le sexisme » et présenterons sa 3e édition.

Grrrl Love & Revolution, Abby Moser, dimanche 29 à 18h30

Nous n’oublions pas nos Utopies avec « la Radio des bonnes nouvelles » une création théâtrale de Gerty Dambury  à ne pas manquer ! La radio des bonnes nouvelles annonce que le monde a changé les femmes sont désormais libres et traités à l’égal des hommes.
Pendant deux jours, il y a aura aussi sur place la librairie féministe « Violette and Co » avec des dédicaces (Delphine Beauvois pour « Nous ne sommes pas des poupées » et Muriel Salmona pour « Le livre noir des violences sexuelles »),
et toujours, la cantine « Kali Power ». Car pour résister à l’obscurantisme, il faut des nourritures intellectuelles, mais aussi terrestres !

CP : Vivement le dépôt de proposition de loi abolitionniste qui pénalise le client prostitueur !

Ce mardi, les députées Maud Olivier et Catherine Coutelle ont présenté au groupe parlementaire PS le rapport sur la proposition de loi pour l’abolition du système prostitueur. Si cette proposition de loi est retenue, elle sera déposé à l’Assemblée Nationale et les débats pourront commencer.
Femmes en résistance encourage les parlementaires à soutenir cette proposition de loi historique et attend avec une vive impatience son dépôt effectif.
 
La position abolitionniste de la France a été réaffirmée à l’Assemblée Nationale en 2011, ancrant définitivement la prostitution dans le champ des violences faites aux femmes. Pourtant si le viol et le harcèlement sexuel sont pénalisés, imposer un rapport sexuel par l’argent reste impuni. A l’inverse, ce sont les personnes prostituées qui sont aujourd’hui encore pénalisées.
Une loi qui inclurait l’interdiction d’achat d’acte sexuel, l’abrogation du délit de racolage et des mesures d’aide à la sortie de la prostitution  positionnerait la France enfin clairement du côté des personnes prostituées.
En faisant voter cette loi, la France pourrait se poser en précurseure de droits des femmes et humains.

Femmes en résistance, festival féministe de documentaires, est profondément abolitionniste.

Nous insistons sur le fait que la future  proposition de loi devra inclure

·        La protection des personnes prostituées :
o   Suppression de toute forme de répression à leur encontre,
o   Mise en place d’un plan national d’envergure d’alternatives à la prostitution avec des moyens conséquents,
o   Régularisation immédiate de toutes les personnes victimes de la prostitution
·        La fin de l’impunité des clients prostitueurs :
o   L’interdiction de l’achat d’un acte sexuel dans le code pénal
o   Le renforcement de moyens visant à la prévention et à l’éducation à l’égalité

Le renforcement des moyens effectifs de lutte contre toutes les formes de proxénétisme et l’accès à une réparation intégrale du préjudice subi par ses victimes.