Archives pour la catégorie Evenements

Femmes en résistance à la morosité : 27 et 28 septembre, le programme!

Voici le programme de la 12e édition !

FEMMES EN RESISTANCE A LA MOROSITE

JV_FERUneDépliant22-07-14

Violences faites aux femmes, obscurantisme en expansion, extrémisme vainqueur, menaces sur nos droits, 2014 n’amène pas que des bonnes nouvelles pour les femmes. Il est parfois difficile de ne pas sentir désespérées par tous ces retours en arrière. Mais nous ne nous laissons pas abattre et  les femmes du monde entier non plus  ! Luttes individuelles ou collectives, politiques ou artistiques, elles ne baissent jamais les bras. Mieux, elles chantent, elles dansent et rient et font rire  ! Cette année, l’équipe de Femmes en résistance a décidé de combattre résolument la morosité par l’humour, l’énergie, la joie, parce que les femmes créent, inventent, et toujours, résistent  !

SAMEDI 27 SEPTEMBRE

13h30 Ouverture du festival

14h00 Elles bougent  !

Glass Ceiling, Teresa Serano, 3′, 2009

Le plafond de verre illustré

Espace, Eleonore Gilbert, 14′, 2014

Une petite fille raconte la cour de récréation

Les nounous, Albane Jochaud du Plessix et Cyril Denvers, 52′, 2014

Les nounous parisiennes s’organisent en syndicat et luttent contre la maltraitance

16H00 Elles parlent  ! 

La langue de Zahra, de Fatima Sissani, 93′, 2011

Une femme dévoile l’oralité transmise de génération en génération, avec sa langue, la langue kabyle, pour se construire un ailleurs qui ne soit pas que l’exil

18h30 Elles buzzent  ! 

Films du concours de Teledebout « buzzons contre le sexisme » primés par Femmes en résistance

Chupa Chups, 3’31, Collège Le Segrais de Lognes (77)

et Egalité-e ou presque (5’31)

Conseil municipal des jeunes de Louviers

Films réalisés dans le cadre du troisième concours «  buzzons contre le sexisme organisé par Teledebout en 2013/2014

Trois histoires d’amour, Snjezana Tribuzon 25′, 2007

Docu-fiction sur la violence conjugale en Croatie

Guérisseuses de maintes lunes, Angela Rubiano, Paola Figueroa, Raquel Gonzalez, 41′, 2012

Le chemin vers la résistance féministe de femmes autochtones de Colombie impliquées dans les luttes de leurs peuples

21h15 Elles rient  ! 

Glenn The Great Runner, Annz Erlandsson, 3′, 2004

The Journey of 2 Women, Rabia Arif, Ghazala Remat, Risham Waseem,15′, 2012

Deux étudiantes en cinéma pakistanaises s’interrogent caméra au poing sur le sexisme

Blague à part, Vanessa Rousselot, 54′, 2010

La réalisatrice décide de montrer une facette de la Palestine jamais vue sur nos écrans 

DIMANCHE 28 SEPTEMBRE

14h00 Elles montrent la voie  ! 

The Delian Mode, Kara Blake 25′, 2009

Découverte d’une avant-gardiste de la musique électronique, qui se disait «  post-féministe avant l’invention du féminisme  »

Yo Decido, El Tren de la Libertad, collectif, 42′, 2014

Solidarité avec la lutte des femmes espagnoles pour le maintien du droit à l’avortement

16h00  Elles vivent ensemble  !

Two Girls In The Rain, Sao Sopheak, 11′, 2013

L’histoire de deux femmes d’un village cambodgien qui s’aiment depuis 20 ans

Chardons bleus, Bielka Mijoin-Némirovsky, 2014, 70′

L’histoire de l’accueil d’une famille rom par des «  gadjés indignés ».

En présence de la réalisatrice 

18h30 Elles dansent  !

Glenn The Great Runner, Annz Erlandsson, 3′, 2004

Calypso Rose, The Lioness of the Jungle, de Pascale Obolo, 85′, 2011

Portrait de Calypso Rose, venue de Trinidad et devenue la diva internationale du Calypso.

La réalisatrice l’a suivie dans son parcours pendant 4 ans.

20h45 Elles chantent  !

Concert 

Zolan n’Gono

«  Je chante ma vie, les mots qui me traversent et parfois me transpercent.

Je chante les mots où remue le mystère, les mots où se traine la nuit…

Mais les souveraines de la nuit me jettent des mots, du fond de notre Afrique elles signent ma chanson »

Les Eau’Rageuses

Musique féministe et engagée, parfois théatrale et au croisement de plusieurs styles  :

entre bossa nova, jazz, blues et slam

Le programme en pdf = JV_FERDépliant18-07-14-2

Capture d’écran 2014-09-04 à 11.57.13

Résistons à l’obscurantisme le ventre plein avec Kali Power !

kaliOui, si vous êtes déjà venuEs, vous connaissez notre philosophie. La résistance, ça passe par les nourritures intellectuelles, débats, films, mais aussi par les nourritures terrestres ! Et nous avons dans l’équipe une militante féministe, qui, en plus d’être animatrice de débat, chercheuse de pépites -et sujet- de film, qui est une cuisinière hors-pair, et capable de le faire pour nous tout un week-end.
Cette année, nous résisterons encore à l’obscurantisme le ventre plein, grâce à Moruni et sa cantine Kali Power !

Elle sera accompagnée sur place par deux autres militantes féministes et copines de choc, Héléna et Vanessa, qu’on remercie vivement.

Voici le menu qu’elle nous a concocté. On sent que vous allez arriver tôt cette année !

KALI POWER vous propose au menu (avec des prix modérés) :

SAMEDI
En guise de bienvenue –
Collation Brochettes légumes confits

Poulet tikka accompagné de chutney à la menthe.

Financiers aux amandes/Caramel maison au sésame/Dattes pâte d’amande pour les douceurs

A l’heure du goûter
Pour les becs sucrés : Brownie, sablés, tartelettes aux noix
Pour les autres (mais on peut goûter les 2!) : Muffins épinards – cake aux olives conté accompagné de salade de papaye verte, d’une salade de lentilles du Puy et d’une salade italienne

A l’heure du diner :

Nasi Goreng – riz sauté aux légumes

DIMANCHE
Au déjeuner : Menu Indian street food Barotha, poulet tandorri – écrasée de pommes de terre

A l’apéritif :
Samoussas légumes, boreck et verrines chic
Cocktail Rhum aux milles saveurs
Au Dîner :
Assiette falafel
Gâteau d’anniversaire : il n’y a pas de dieu en cuisine, que des Déesses : le gâteau aux mille crêpes

Femmes en résistance : les 8 commandements féministes contre l’obscurantisme !

Découvrez le programme de la 11e édition du festival, les 28 et 29 septembre à l’espace municipal Jean Vilar d’Arcueil !

Une 23-07

Capture d’écran 2013-07-31 à 15.12.30

11ème édition : Résistance à l’obscurantisme !

capture-d_ecc81cran-2012-06-25-acc80-20-50-02.pngPour sa onzième édition, qui se déroulera les 28 et 29 septembre toujours à l’espace municipal Jean Vilar d’Arcueil, le festival Femmes en résistance s’intéressera aux femmes qui, partout à travers le monde, résistent à l’obscurantisme, sous toutes ses formes.

L’obscurantisme, c’est le refus de la pensée et des droits à l’autre, sous prétexte qu’en tant que dominant-détenteur du pouvoir, on peut nommer et imposer, donc faire passer pour vérité ce qui n’est que défense de ses intérêts ou son opinion.

C’est aussi le moyen de justifier auprès des opprimé-e-s la soumission qui leur est imposée en invoquant comme donné et incontestable ce qui n’est qu’un dogme.

Pour les femmes, le phénomène est mondial et traverse toutes les sociétés. Partout, il est dévastateur. Véhiculé à grande échelle par les idéologies religieuses et capitalistes ou par ceux qui s’en emparent, il impose violences, privations de liberté, freins à l’émancipation des femmes.

Ainsi, empêcher les filles d’aller à l’école par tous les moyens -dont celui de rendre les routes trop peu sûres pour qu’elles puissent faire le trajet, est la première manifestation de l’obscurantisme patriarcal. Mutiler les femmes, forcer les mariages, imposer des tenues vestimentaires sont les moyens utilisés pour y parvenir.

Au sein des sociétés capitalistes occidentales, l’obscurantisme avance à visage couvert, affirmant d’une part l’égalité, en refusant d’autre part son application aux femmes et aux lesbiennes. S’arrangeant pour enfermer les femmes dans des tenues contraignantes, pour faire coller leurs hauts talons aux planchers de l’entreprise, en les écartant des réseaux et moyens d’ascension sociale, en les maintenant dans le « devoir d’être mère », en leur imposant enfin le harcèlement sexuel et toutes les formes de violences, et ce dès l’enfance, pour qu’elles ne puissent espérer pouvoir développer leur vie propre, selon leur désir.

Lumière de la résistance

Dans ce contexte très noir pour les femmes, par quels moyens résistent elles à l’obscurantisme ? Comment font-elles, alors qu’elles risquent parfois la prison ou la mort simplement pour avoir osé parler, sortir de chez elles, exprimer leur opinion, pour malgré tout se battre et faire reconnaître leurs droits de personne humaine  ? Faut-il qu’elles visent le séparatisme, fassent grève, ou prennent les armes, ou la plume, le pinceau ou la caméra  ? Comment et où peut s’organiser la résistance  ?


A travers des documentaires venus de nombreux pays du monde, des débats et des rencontres, le festival abordera toutes ces questions, et tentera d’ouvrir une porte vers les utopies, les réalités de demain, que nos combats rendent possibles.

Le concert des 10 ans !

Dimanche 30 septembre à 21h, nous fêterons les 10 ans du festival par une soirée-concert dans le hall de l’espace Jean Vilar.
Au programme, de la bonne humeur, de la joie, et de la bonne musique !

Pour les habitué-e-s, le plaisir de retrouver comme l’an dernier Système D, groupe explosif  de 4 copines à la guitare, accordéon, ukulele, trompette, chant, qui anime nos soirées parisiennes avec des perles comme « Joy » ou « Sister », qui avait fait chavirer le public et attiré les voisins du quartier ;). Elles reviennent cette année, pour notre plus grand plaisir.

La soirée commencera avec les « Keepers of Ka », ensemble vocal exceptionnel « Quand les 3 songwriteuses du collecif CaOna unissent leur voix, cela donne Keepers of Ka : une Soul résolument Roots A Capella et à fleur de peau dans la tradition de groupes vocaux de femmes tels que Sweet Honey In the Rock, Pura Fé ou Zap Mama…
Keepers of Ka c’est un rendez-vous avec trois femmes doubout’, et leurs voix unies porteront la force des histoires dont elles sont la somme. Un beau rêve à venir… »

vous pourrez d’ailleurs les découvrir et discuter avec elles la veille, dans la séance « Mêlons-nous ensemble et de tout », où elles présenteront leur initiative collective pour exister dans la musique.

Troisième artiste que nous avons la chance d’accueillir, Dialem Slam, qui sera là avec son musicien Patric, pour nous chanter ses compositions, slam ludique et engagé pour les droits des femmes. Elle nous présentera également son album, « Mots pour maux » en avant-première, puisqu’il sort le 1er octobre !

 

Le programme des 10 ans : nos luttes changent la vie entière !

Les 29 et 30 septembre à l’espace Jean Vilar d’Arcueil

1, rue Paul Signac RER B Laplace ou Arcueil Cachan

10 ans ! Une décennie de vie pour notre festival féministe de films , c’est un exploit. Le fruit de notre combat permanent face au système patriarcal. 10 ans de résistances, 10 ans de documentaires, films courts métrages inédits, d’expositions et de spectacles, 10 ans d’un festival qui reflète nos luttes, ça se fête. Toutes ensemble  !

En cette année encore nous avons voulu montrer des femmes en résistance, leur énergie, leur inventivité, leur joie de vivre. Partager avec vous les luttes féministes à travers les époques et les continents, sous toutes les formes et dans tous les domaines ! (manifs, sport, art, organisations collectives). Parce que les luttes elles-mêmes sont notre première victoire : moyen pour nous les femmes de briser l’isolement dans lequel nous sommes maintenues, de nous dire et de réinventer, ensemble notre monde, elles sont notre meilleure arme pour obtenir notre autonomie pleine et entière et vivre librement nos utopies.
Nos luttes changent la vie entière !

Voici le programme, à diffuser massivement ! (d’ici quelques semaine en pdf)

SAMEDI

14h00
Une seule solution : autre chose…
Evocation de Marie Dedieu, 2011, 7’05
Marie Dedieu, figure lumineuse du MLF dès 1971, a été enlevée par des pirates somaliens le 1er octobre 2011. Elle meurt en captivité quelques jours plus tard. Un montage d’images de l’époque retrace sa  participation au travail très collectif du Torchon Brûle.
Où est-ce qu’on se mai ? Ioana  Wieder, 1976, 55’
1er mai 1976 : dans le défilé traditionnel les féministes font une démonstration de joie et de force. Mais leurs slogans rageurs  déplaisent au service d’ordre de la CGT…l’affrontement sera  rude.
Manifestation contre la répression de l’homosexualité, Dominique Poggi, le lézard du péril mauve & Ortie 14   
1977, 21′
A Paris, c’est en 1977 qu’a lieu la première manifestation autonome contre l’homophobie,  à l’initiative du MLF et du GLH (Groupe de libération homosexuelle).

16h30
Mêlons-nous ensemble et de tout !
Séance de projections-discussion pour présenter des initiatives collectives et régionales : de l’importance du collectif à la nécessité de mobiliser et de publiciser nos actions et revendications en favorisant l’engagement solidaire.
Chronique du sexisme ordinaire, Claire Godard,  3’52
Lauréate du prix femmes en résistance lors du concours »buzzons contre le sexisme » organisé par Télédebout
-Keepers of Ka : Groupe vocal qui «ré-active» les sillons tra- cés par des femmes engagées telles que les afro-américaines de Sweet Honey In the Rock, qui ont pris une part active au mouvement des Civil Rights et au mouvement de libération des femmes dans les années 60. Clip de présentation.
-Le syndicat des nounous d’Ile-de-France : rencontre avec les fondatrices du syndicat, qui portent la voix et donnent de la visibilité aux gardes d’enfants au domicile des parents. Film 5′
-La Mirabal : Pour l’Egalité et Contre les violences faites aux femmes. Marche et course le 25 novembre 2011 au Parc du Tremblay à Champigny sur Marne. Film
A l’initiative de Tremplin 94-SOS Femmes, cette rencontre annuelle, participative et citoyenne vise à promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes et à sensibiliser le grand public.

18h00
J’ai le goudou de vous
Apéritif indien avec la cantine Kali Power
19h00 : « Opinion d’une femme sur les femmes », Fanny Raoul. Mise en voix par Typhaine Duch. (séance gratuite)
Ce texte d’une penseuse de la révolution et femme du peuple écrit en 1801, malheureusement quasiment inconnu sort de l’oubli : il est d’une actualité brûlante et mérite d’accompagner nos luttes !
Dîner indien

20h30
Nous sommes toutes des hors-la-loi
Pink Brigade, 2010, 6′
La lutte collective des femmes d’Inde du nord, réunies derrière Sampat Pal pour faire valoir la justice pour les opprimé-e-s, par la force si nécessaire

Invoking Justice, Deepa Dhanraj, 2011, 86′
Dans le sud de l’Inde, des femmes musulmanes ont crée le premier “Women’s Jamaat”, groupe de femmes qui se battent face aux hommes qui détiennent tous les pouvoirs. Le film suit leur combat acharné et difficile pour avoir le droit à un minimum de justice.

DIMANCHE
12h30-14h : Brunch Kali Power
13h30
Le torchon brûle encore !
« Mémoire » à Danielle Charest Lesbienne Radicale fondatrice de la revue Amazone d’Hier Lesbiennes d’Aujourd’hui, écrivaine, une Amie
Les luttes féministes des années 1990 en images : l’exemple de la guerre du Golfe
2011-2012 : affaire DSK, abolition du système prostitueur, harcèlement sexuel, 8 mars, grrrève des femmes à Toulouse, une année particulière en images. (Teledebout, Josiane Szymansky, Mariana Colotto)

15h00
Arrêtons de supporter l’insupportable
La Marche Mondiale au Kuvu , MMF, 10′
1000 femmes de 42 pays se sont réunies à Bukavu (RDC) en octobre 2010 pour clôturer la Marche Mondiale des Femmes. Elles ont marché pour dénoncer toutes les formes de violences faites aux femmes dans un monde de pauvreté et d’exclusion. Les témoignages visent notamment les viols subis par les Congolaises de l’Est. Malgré toutes les atrocités, celles qui ont survécu sont restées actives et combattantes.
Hearing Radmilla, Angela Webb, 2012,82′
Radmilla Cody a été miss Navajo Nation en 1997 : première femme métis à représenter le peuple Navajo, chanteuse traditionnelle reconnue, elle a longtemps été victime de racisme, puis des violences et de l’emprise de son compagnon. Aujourd’hui, ce parcours unique l’a menée à la lutte contre les violences conjugales.

16h45 Grignotage

17h30
Nous ne sommes rien, soyons toutes
Liberté, liberté ô mon Egypte, par Sabreen Bint Loula, 2011, 31′
Liberté, liberté ô mon Egypte raconte deux femmes égyptiennes: une mère et sa fille qui retrouveront le lien dont elles ont été privées place Tahrir, au Caire, en pleine révolution. De révolution en révélation, ce récit à deux voix nous plonge dans des destins individuels mais interroge aussi sur le destin de toutes les égyptiennes alors que se poursuit leur combat pour l’égalité.
Aborto Clandestino Crucifixion Democratica, collectif Elsa Torres, 2011, 61′
Enquête au sein de la société argentine sur le droit à disposer de son corps et en particulier sur les luttes pour la dépénalisation de l’avortement, en question dans un pays très catholique.

19h15
La lutte des femmes n’a pas de frontière
« Foot For Love », le Thokozani Football Club à Paris, juin 2012 : présentation en images
Ladies’ Turn, de Helen Harder, 2011, 61′
Et si c’était au tour des filles de jouer ? Au pays du foot roi, un tournoi de football féminin s’organise en 2009 dans les quartiers de quatre régions du Sénégal, grâce à l’association Ladies’ Turn. En 2011, les filles investissent de nouveau les terrains de quartier. Mais laissera-t-on jouer la partie comme elles le veulent jusqu’au bout?

La Marche Mondiale au Brésil
Le lancement de la 3e action internationale de la Marche Mondiale des Femmes en 2010 a eu lieu au Brésil. 2000 femmes ont marché dans une ambiance joyeuse et festive !

21h-22h30
Le tam-tam de nos corps est l’écho de nos soeurs
Assiette brunch, Kali Power
Concert, avec groupe Aquelarre, Keepers of Ka,  Dialem  et Système D !

Expositions : Claire Goriot ( photos de cinéastes FIFF Créteil, années 90), banderoles et T-shirts de manifestations
Librairie Violette and Co

Dans 48h, le programme complet en ligne…en attendant, un peu de teasing…

NOS LUTTES CHANGENT LA VIE ENTIERE !

Cette année, nous avons donné des titres un peu particulier à nos séances, qui rendent hommage à la créativité poétique des femmes en lutte ! A découvrir ci-dessous.