Archives du mot-clé arcueil

Résistance à la modestie : une belle réussite, Merci !

Le week-end est passé trop vite. Samedi 30 septembre et Dimanche 1er octobre à Arcueil, cette 15e édition de notre festival féministe de documentaires a été une formidable réussite.

 

Affluence (plus de 570 entrées en deux jours), ambiance, chaleureuse et détendue, appréciation des films lors des 8 séances, et une soirée du samedi particulièrement émouvante, avec la projection de « Renaître de ses cendres » de Chahal Chafiq, qui était présente et de « Et si le ciel était vide », de Thissa d’Avila Bensalah, qui était également présente. Deux films très forts et deux femmes exceptionnelles qui nous ont offert une réflexion sur l’exil et l’humanité, et leur lumière intérieure. Merci à elles d’avoir été là. Merci à Georges, personnage du film de Thissa, d’avoir également partagé son regard avec nous.

Merci également aux autres réalisatrices présentes, Charlotte Forsgaerd (Period Stories) et Ilse Tempelaar (J’ai dit oui aux monologues du vagin), dont les films ont été très appréciés ! Merci aux Libres terriennes d’être venues présenter leur diaporama et leur travail.

Merci à toutes les réalisatrices qui nous ont permis de faire une programmation de cette qualité, même si elles ne pouvaient pas toutes être là.

Merci à toute l’équipe du cinéma Jean Vilar, Antoine Blin à la projection, Habib Fadlaoui à l’accueil et à la réservation des films, et Dominique Moussard le directeur de la salle, celui qui, par ce très beau partenariat, a assuré la continuité de notre festival depuis 15 ans !

Merci à la ville d’Arcueil, à la Graphisterie qui a réalisé le programme,

Merci à Alice Yonnet-Droux et Valérie Dupouy d’avoir assuré tout le week-end le service au bar. Merci à Vina et Robin Ancharuz d’avoir assuré la cafétéria de qualité cette année encore.

Et bien sûr un grand merci au public, à nos amies présentes, qui nous motivent par leur assiduité et leur bienveillance, pour renouveler ce petit exploit annuel de l’organisation du festival.

Nadja et Sandrine

PS : Si vous étiez là, n’hésitez pas à nous mettre un mot en commentaire !

 

Publicités

Femmes en résistance à l’image ! Découvrez le programme

Voici le programme de notre 14e édition qui se déroulera les 24 et 25 septembre à l’espace municipal Jean Vilar d’Arcueil (grille synthétique en bas de page)

joyeuse photographe

©archives Ringart

Pour sa 14e édition, Femmes en résistance a décidé d’explorer comment, en images et à l’image, les femmes résistent aux clichés et aux rôles stéréotypés dans lesquels on les enferme.

Elles sont, partout et toujours, bien décidées à montrer qu’elles peuvent tout faire, qu’elles sont créatrices, qu’elles ont des voix à faire entendre et des images à montrer.

Elles parlent d’elles, de la planète, et leur message est universel.

Il est temps qu’on les regarde, et qu’on les écoute !

 

SAMEDI 24 SEPTEMBRE

13h Ouverture

13h15 DAGUERREOTYPEUSES

Objectif femmes

objectif_femmesDe Manuelle Blanc et Julie Martinovic, 2015, 52’, France

De nombreuses femmes se sont intéressées à la photographie dès son apparition, la plupart d’entre elles restent aujourd’hui encore inconnues du public. Ce film prolonge l’exposition « Qui a peur des femmes photographes » qui s’est tenue à Paris à l’automne 2015. Il réécrit l’histoire de la photographie à travers la reconnaissance de femmes, trop souvent mises de côté.

Ni vues ni connues, comment les femmes font carrière (ou pas) dans la photographie

De Marie Docher, 2015, 29′, France

Alors que la place des femmes dans l’histoire de la photographie commence à peine à être reconnue, Marie Docher s’est demandé si aujourd’hui la situation avait changé pour les photographes contemporaines et a réalisé des interviews avec plusieurs d’entre elles, pour une ébauche de réponse…

Le principe de la Schtroumpfette

De Anita Sarkeesian, 2012, 6′

Pourquoi une seule Schtroumpfette dans le village des Schtroumpfs ?

15h30 GUERILLÈRES

Femmes photographes de guerre

De Sigrid Fatin, 2016, 52’, Allemagne

photographe

Portraits entrecroisés de plusieurs femmes photographes qui ont choisi le reportage de guerre : de la viennoise Alice Schalek, qui a couvert la Première Guerre mondiale, à la jeune française Camille Lepage, tuée en 2014, en passant par Lee Miller, Gerda Taro et Christine Spengler.

Kurdistan, la guerre des filles

De Mylène Sauloy, 2015, 53′, France

La lutte des unités de femmes kurdes, de Sakineh à la lutte contre Daech. Leur lutte armée contre les violences politiques est aussi une lutte féministe contre le patriarcat, pour ces femmes formées au féminisme, et qui l’affirment : elles ne cesseront leur combat que lorsque toutes les femmes du monde seront libres.

18h15 METTEUSES EN SCENE

Whistling at your mum

Clip TV péruvient, 3’18

Rap against Rape

De BomBaebs, 3’08, Inde

Profession documentariste

profession-documentariste

les réalisatrices au festival « elles tournent » (Bruxelles)

De Shirin Barghnavard, Firouzeh Khosrovani, Farahnaz Sharifi, Mina Keshavarz, Sepideh Abtahi, Sahar Salahshoor et Nahid Rezaei, 2013, 80’ Iran

Sept réalisatrices qui toutes vivent actuellement en Iran, se demandent ce que signifie être femme et cinéaste indépendante dans leur pays. Chacune choisit une façon de raconter, chacune brosse à sa manière un portrait de l’Iran dans lequel s’imbriquent leur histoire privée, celle de leur génération et les soubresauts politiques de leur pays.

 

20H45 RESISTANTES

Le clitoris

De Lori Malépart-Traversy, 2016, 3′, France

photo_une_chambre_ok_mediumUne chambre à elle

De Anne Lenfant, 2005, 22′, France

Entretiens avec Benoîte Groult

 

Las Damas Azules

De Bérengère Sarrazin, 2015, 63’, Espagne

2012. Face au grand projet minier CONGA, au cœur de la région de Cajamarca au Pérou, naît un mouvement de résistance où les femmes ont pris une place centrale. Elles sont sorties dans la rue et se battent pour préserver l’eau et la terre. Plusieurs années plus tard, elles refusent de se résigner et nous racontent comment cette lutte les a transformées.

163417-04-08_santa_fe_las_damas_azules_1170

DIMANCHE 25 SEPTEMBRE

13H30 ARTISTES

lina-mangiacapreLina Mangiacapre, artista del femminismo

De Nadia Pizzuti, 2015, 42’, Italie

Lina Mangiacapre, protagoniste active et originale du féminisme italien (1946-2002) a laissé une vaste production dans divers domaines artistiques. Elle fréquentait assidûment les festivals de films de femmes en France et il était impossible de ne pas remarquer son allure libre et fière et ses lunettes en forme de papillon. A travers son portrait c’est aussi celui des années d’émergence du féminisme napolitain qui est dessiné.

 

 

Chantal Akerman filme Sonia Wieder-Atherton 3′ 

Danse traditionnelle 3′

« I don’t belong anywhere » – Le cinéma de Chantal Akerman

De Marianne Lambert, 2015, 67′, Belgique

Portrait de Chantal Akerman, disparue en octobre 2015, au travers d’entretiens, d’extraits de films, qui interrogent son rapport unique à l’image. ainsi que son rapport à sa mère juste disparue, à qui elle a consacré son dernier film, « No Home Movie ».

i-done28099t-belong-anywhere

 

16H15 BATTANTES


Solar mamas

solar-mamas-update-largede Mona Eldaief et Jehane Noujaim, 2012, 58’ Etats-Unis

Aux portes du désert, dans un petit village jordanien, une association indienne propose à une femme bédouine -parmi d’autres femmes illettrées venues de divers pays, de quitter sa famille pour aller suivre une formation de 6 mois qui lui permettra de devenir ingénieure en énergie solaire et d’amener l’électricité à son village. Son combat pour réussir, malgré les embûches que le patriarcat, son mari et sa famille sèment sur son chemin.

f0f5cd10dad26e3e0218a1c550bfe9e2967b4f00Les vies dansent

De Fanny Pernoud et Olivier Bonnet, 2016, 59′ France

À 18 ans, Sandra glisse sous le RER et perd sa jambe droite. Le film suit sa reconstruction sur plusieurs années, au fil de rencontres avec d’autres jeunes femmes amputées comme elles. Portraits de femmes qui toutes, ont une combattivité et une énergie communicatives.

 

 

19H15 PUISSANTES

9e6c0-buzzer

Expérience fille ou garçons peu importe 4’48 (mouvement d’éducation populaire dans le Nord) 

Prix Femmes en résistance au concours Buzzons contre le sexisme de Télédebout

Clichés vs réalité, 2’58, lycée Vauban, Brest 

Prix Femmes en résistance au concours Buzzons contre le sexisme de Télédebout

Cerveaux mouillés d’orages

De Karine Lhémon, 2015, 75′, France

Portrait de Laurence et Hélène, couple de lesbiennes en situation de handicap. Karine Lhémon nous montre leur vie quotidienne, leur amour, leur combattivité et leur joie de vivre dans un monde hétérosocial et pensé pour des valides.

helene-et-laurence-cerveaux-mouilles-e1435051222926

21h15

CONCERT NINA BLUE : en duo, Nabila Mekkid (voix, guitare) et Julien Roussel (violoncelle)

La grille du programme :

Capture-d’écran-2016-07-22-à-17.18.59

 

Découvrez le programme de la 9ème édition ! 1er et 2 octobre 2011

Femmes en résistance s’attaque cette année à la violence institutionnelle ! Pendant deux jours, projections, débats, expos, mais aussi convivialité, concerts et la cuisine de Moruni (Kali power cantine indienne). Voici le programme de cette neuvième édition, qui se déroule comme chaque année à l’espace municipal Jean Vilar d’Arcueil, RER B Laplace ou Arcueil-Cachan (plus près, mais en zone 3).

1er et 2 Octobre /9ème édition du festival féministe de documentaires / Espace municipal Jean Vilar, Arcueil

FEMMES EN RESISTANCE A LA VIOLENCE INSTITUTIONNELLE !

L’institution a-t-elle jamais été aussi violente avec les femmes ?

Médias, économie, sport, arts, ont pris le relais de la loi pour objectiviser les femmes.
Précarisation, exploitation, esclavagisme sexuel, le « nouveau monde » utilise tous les moyens pour perpétuer le système patriarcal, en allant jusqu’à s’emparer du mot féminisme.

Mais les féministes, les vraies, sont mobilisées contre cette offensive brutale et systématique. C’est leur parole et leur expression que cette 9ème édition fera entendre, tout en laissant la place au débat et à de beaux moments festifs !

SAMEDI

Ouverture 13h30

14h00 Le temps et la distance ne nous réduiront pas au silence

« Eu Sou Autoestima » , Collectif Camtra, Brésil, 30′

Elles se lèvent à 5h du matin pour aller travailler en ville et revenir à la nuit

pour s’occuper de la maison et des enfants. Face à un système économique patriarcat, elles prennent la parole, racontent leur héroïsme quotidien, et prennent confiance.

« Correspondances », France, Laurence Petit-Jouvet, 58′

Des femmes de la diaspora malienne vivant à Montreuil en Seine-Saint-Denis s’adressent, dans une “lettre filmée” à une personne de leur choix, réelle ou imaginaire. Des femmes de Bamako et

de Kayes au Mali s’en inspirent ensuite librement, pour réaliser à leur tour leur lettre “filmée”. Chacune était invitée à parler de son travail, chacune a saisi l’occasion pour dire ce qui est important pour elle.

16h00 Projection-débat avec la FNSF (Fédération nationale solidarité femmes)

Hébergement des femmes victimes de violence : de l’accompagnement et après

il y a 25 ans : « maintenant, ça va », de Hélène Châtelain, France, 30′, 1987

Aujourd’hui : « violences conjugales, comment en sortir », de Laetitia Moreau, France, 52′, 2010

Autour de ces deux films, nous discuterons des avancées faites -ou non- en 25 ans d’hébergement d’urgence. Débat animé par Pascale Carayon, de la Fédération nationale solidarité femmes.

19h00 Se dire lesbienne, malgré la loi

« I am » de Sonali Gulati, Inde-Etats-Unis, 71′, 2010

La réalisatrice retourne en Inde. Elle n’a jamais osé dire à sa mère qu’elle était lesbienne, et maintenant, elle veut dire et entendre ce que ressentent , ce que vivent, comment luttent les jeunes indiennes et indiens qui font leur coming out, et se battent pour la dépénalisation de l’homosexualité.

21h00

Abolir le système prostitueur !

L’imposture, d’Eve Lamont, Québec, 93′, 2011

« Toute tentative d’esthétisation ou de décriminalisation de la prostitution relève de l’imposture ».

Elles ont 22, 34 ou 48 ans, habitent Montréal, Québec ou Ottawa… Ces femmes qui ont récemment quitté la prostitution ou tentent d’en sortir mènent un âpre combat pour se réinsérer socialement et retrouver quiétude et sécurité. Dans ce long processus parsemé d’embûches, chacune cherche à reprendre le contrôle de sa vie, à retrouver l’estime de soi et trouver une nouvelle place.


DIMANCHE

14h00 Désobjectiviser le corps des femmes

« Corps de femmes, variation 1 »,

collectif, 2011, 38′

Réalisations des paritcipantes de l’atelier d’écriture et de vidéo « FEMME, GENRE ET SPORT »,enquête sur la féminité à travers le sport

Massage à la camerounaise, 44′,de Josa Anszjembe, France-Cameroun, 2010

Elles croient protéger leurs filles en leur « massant les seins » pour qu’elles n’attirent pas trop tôt les hommes. Cette torture qui leur est ainsi infligée a des conséquences terribles pour le reste de leur vie.


16h00 Le radicalisme, seule issue contre l’institution ?

-SCUM 40 ans après, 24′, 2011, Rebecca et Sandrine

Le collectif « les insoumuses », décidait en 1976 de filmer une lecture du pamphlet radical de Valerie Solanas, SCUM manifesto. Le dispositif choisi, et sa lecture par Delphine Seyrig, mettaient en valeur ce texte incompris et caricaturé. 40 ans après, alors que l’oeuvre de Valerie Solanas est parfois associé à des voix antiféministes, nous avons voulu reprendre l’idée de Carole (Roussopoulos) et Delphine (Seyrig), pour tenter de redonner à son texte sa puissance radicale et subversive…

Michèle Causse*, une écrivain en terres occupées, de Michel Garcia Luna, 47′

* Ces entretiens avec Michèle Causse constituent un accès vivant à son travail d’écriture et à sa démarche singulière. Sa voix passionnée démontre comment une nouvelle nomination doit obéir désormais à un double impératif : dévoiler l’usurpation, l’iniquité de tout langage, et dans le même mouvement faired lieu d’une nouvelle intersubjectivité, jouissance d’un symbolique impensé et jubilatoire. Michèle Causse refuse les catégories de la « sexcision », de la « sexualisation ».

18h00 :

Réinventer les images

Les un an de Télédebout

Fin septembre, Télédebout fête ses un an et vient présenter son travail de première webtélé féministe, lieu de ressources et d’initiative, pour une autre représentation des femmes à l’image.

19h : Concert dans le hall.

Système D

avec
Aude (guitare)
Catherine (ukulélé)
Natalya ( accordéon, cajon et percussions )
Sylvie ( chant, guitare, ukulélé, stompbass )

Et bien sûr, comme chaque année, la Librairie Violette and Cotiendra un stand dans le hall.
Cette année, c’est
Kali Power
cantine indienne qui assurera la cafétéria !

Les tarifs, toujours à souligner
Séance à l’unité tarif plein : 5,20 euros tarif réduit : 4,75 euros
Forfait journée tarif plein : 10,95 euros tarif réduit : 7,30 euros

La plaquette est sortie !

Voila, la plaquette du festival Femmes en résistance est sortie ! C’est les 25 et 26 septembre, des tas de documentaires, d’expos, de la musique, du théatre, et de l’ambiance ! Et « Une fille comme moi »…et aussi, comme chaque année, la librairie « Violette and Co. »

Si vous voulez en diffuser (des plaquettes) , envoyez-moi un mail à femmesenresistance@gmail.com ! et toujours, pour découvrir le programme, ici

A très vite au festival !

Les news de la semaine : la plaquette est sortie / merci Emelire !

La 7ème édition de Femmes en résistance, sur le thème de la lutte contre l’invisibilité des femmes, c’est dans trois semaines, les 2§ et 27 septembre prochains à Arcueil.
femme_en_resistance_2009_prog_1
Les dernières nouvelles :

  • la plaquette est sortie, elle est déja disponible à Violette & co, bientôt à la maison des femmes de Paris et à celle de Montreuil. Si vous avez envie d’en déposer dans des lieux qui vous semblent appropriés, n’hésitez pas à nous contacter à cette adresse !
  • Isabelle Bauthian sera présente au festival « Femmes en résistance » à Arcueil dans le Val de Marne les 26 et 27 septembre, pour dédicacer l’ouvrage « En chemin elle rencontre », contre la violence faite aux femmes, édité par « des ronds dans l’O » avec le soutien d’Amnesty International. Cette bande dessinée collective remarquable sera disponible sur le stand de la librairie Violette & co. Des planches extraites de l’ouvrage seront exposées parallèllement.
  • Merci à Emelire qui nous gratifie d’un magnifique dessin sur son blog « le féminin l’emporte ». Encore une résistante!
  • 43606982_p43606992_p

Et le programme est toujours disponible ici